Les policiers sauvent trois enfants des flammes, les allogènes les caillassent tout de même

C’est une anecdote révélatrice en ce que quelque chose de ce genre ne devrait jamais, en aucune circonstance, se produire dans une société saine – et cela ne se produisait nul part en Europe avant l’invasion migratoire extra-européenne.

Le Parisien :

Trois enfants âgés de 4, 7 et 11 ans ont été sauvés in extremis des flammes par des policiers, samedi soir avenue François-Bégué dans le quartier Cité-Jardin à Stains, alors que leur mère était partie faire une course.

« J’ai vu des policiers s’acharner à grands coups de pied dans la porte de leur appartement », témoigne, la gorge nouée, Aboudou, un voisin qui a aidé à évacuer un enfant. « Les gamins hurlaient à la mort, témoigne-t-il. Lorsque la porte a fini par céder, un policier s’est engouffré à l’intérieur. Il est ressorti avec un garçon. Ensuite, deux autres enfants ont été sortis ». Sa voisine, Annie, a eu « la peur de (sa) vie, car les flammes étaient très hautes et l’air irrespirable à cause des fumées ». Dans le voisinage, tous saluent « leur courage incroyable ».

Gwennaël, 35 ans, brigadier-chef de police à Stains et délégué syndical Alliance, se souvient :

Une dame affolée criait que ses enfants étaient au 3e étage, dans l’appartement face à l’escalier.

Ni une, ni deux, six policiers entament une périlleuse ascension :

Dès le 1er étage, la fumée nous brûle les yeux et la gorge. On tape à toutes les portes pour dire aux gens de sortir. Au deuxième, on a du mal à respirer. On arrive au troisième, et on se reçoit des cendres sur la tête. Chacun notre tour, on donne des coups dans la porte. Puis, on redescend à tour de rôle parce que c’est irrespirable.

En « une à deux minutes », les héros réussissent à casser la porte. Mais le temps presse car les fumées toxiques, se répandent.

Deux par deux, on cherche en criant les enfants dans chaque pièce, détaille le brigadier-chef. Deux s’étaient réfugiés dans des chambres et un troisième s’est caché sous un meuble du salon ».

Laisser les enfants brûler vif pour ne pas prendre de risque est une idée qui leur était si intolérable qu’ils se sont risqués dans le bâtiment en flamme alors même qu’en tant que policiers plutôt que pompiers, ils n’avaient pas d’entraînement ni d’équipement spécifique. C’était indubitablement courageux.

Vu où cela s’est produit, c’était selon toute vraisemblance des enfants non-blancs, mais cela n’empêche

Mais malgré leur bravoure, la victoire a un goût amer pour les policiers qui ont essuyé des tirs de projectiles en guise de remerciement. « On a reçu des bouteilles de parfum… Qu’on se fasse caillasser pour un trafic de drogue, on a l’habitude, mais quand on sauve trois enfants… Je n’arrive pas à comprendre », soupire Gwennaël.

Les policiers sont vus par les allogènes tenant la « cité » comme des ennemis.

Même lorsque leur action ne nuit pas aux trafics des racailles et sauve des vies ; elle constitue une atteinte à leur autorité sur ce territoire.

Après cet incident, la population du quartier envahi pourrait avoir une meilleure opinion de la police qu’auparavant, ce que ne veulent pas les caïds locaux.

Selon les premiers éléments de l’enquête, l’incendie serait « d’origine volontaire ». Des traces d’hydrocarbure ont été retrouvées sur le palier par la police scientifique. Plusieurs riverains évoquent, sous couvert d’anonymat, « un palier régulièrement squatté par des jeunes, qui y pose chaises et tables pour fumer et boire ». La famille, elle, a été relogée. Les policiers, auscultés à la clinique de l’Estrée de Stains pour des gênes respiratoires et des maux de tête, ont repris le travail.

C’est beau la société multiraciale, hein ?

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

4 Commentaires sur "Les policiers sauvent trois enfants des flammes, les allogènes les caillassent tout de même"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Pierre Francois
9 janvier 2018 1 h 23 min

Bien fait pour ces pourritures de flics…

Terre Ensoleillée
9 janvier 2018 6 h 52 min

Pourquoi ? O-o

budospirit
9 janvier 2018 15 h 07 min

Terre Ensoleillée
ils ont risqué leurs vies dans un quartier ou une partis des habitants les detestent mais en bon dhimmis ils se sont precipités pour y sauver de jeunes enfants , résultat ils se font caillasser par les memes loulous que d habitude .
La morale de cette histoire je te la laisse deviner lol

Medu-barol
15 janvier 2018 17 h 08 min

Il ne faut pas faire de généralité,c’est débile de dire ça!!! Ils ont sauvés des enfants et risqués leur vies. Leur acte est héroïque ils n’ont pas à se faire caillasser. S’ils n’avaient pas réagit on aurait qu ils sont racistes. Il faut arrêter les généralités et reconnaîtres les qualitès des gens…

wpDiscuz