Le crépuscule de la démocratie

La propagande du régime est toujours plus désespérée

L’escroc juif (veuillez m’excuser pour le pléonasme) (((Attali))) prétendait récemment que « grâce à l’immigration l’Europe redeviendrait la première puissance d’économique du monde » et que la plupart « des migrants » possédaient des diplômes universitaires… Ce sale youpin nous serine depuis plus de quarante ans la même rengaine.

Que la réalité infirme toutes ses prédictions n’y change rien, ce sinistre individu continue invariablement à plastronner sur tous les plateaux de télévision et à déblatérer ses inepties sur les micros de toutes les radios et dans les colonnes de toutes les gazettes.

Même si chacun sait qu’il n’est un vulgaire plagiaire, que ses analyses sont du niveau des conversations du bistro du coin, il continue imperturbablement à pontifier. Magie du réseau communautaire !!! Il suffit d’en être pour tout se permettre.

Regardez l’autre enflure de (((BHL))) : pseudo-philosophe, romancier de gare, cinéaste consternant, il n’en continue pas moins à parader, déclenchant des guerres pour satisfaire son ego, distribuant les bons et les mauvais points, donnant son avis sur tout et n’importe quoi.

Ce qui est réconfortant, c’est de constater que ces deux baudruches, en dehors du microcosme parisien, ne suscitent plus que le rire et la dérision. Leurs livres finissent désormais invariablement au pilon. Un ami qui occupe une place importante dans le monde de l’édition, m’a assuré que les derniers ouvrages de ces deux littérateurs d’occasion ne s’étaient vendus qu’à quelques centaines, voire dizaines d’exemplaires…

À la façon de l’Union soviétique déclinante, celle de Brejnev, nos adversaires pratiquent la politique de l’autruche. Ils nient la réalité – celle d’une Europe envahie par des hordes répugnantes de nègres, des bougnoules et d’asiates, qui sèment le chaos, la ruine et la mort partout où ils passent – pour nous décrire un univers qui n’existe pas, celui d’une mondialisation heureuse, d’un multiculturalisme enrichissant. Un monde merveilleux où un homme peut devenir une femme, et réciproquement ; où un cafre né sur les rives du Congo devient un français de souche ; où, pourquoi pas, un cochon né dans une écurie deviendrait un cheval pur-sang.

De la même manière que dans l’URSS agonisante, le (((système))) dispose d’un gigantesque appareil de propagande : une armée de pauvres hères payés à ligne est là pour répéter sans fin, comme des mantras sacrés, les mêmes slogans dépourvus de toute signification : « les races n’existent pas », « il y a qu’une seule civilisation », « les migrants sont une chance pour l’Europe », « les méchants nazis ont génocidé six millions de pauvres juifs innocents », etc., etc…

Le bourrage de crâne devient cependant à une dose trop forte inefficace. Il ne suscite plus que les ricanements. Il est impossible de cacher perpétuellement la réalité des faits. On peut certes continuer à mentir éhontément comme l’INSEE ou l’INED et dire que la proportion d’étrangers n’est pas plus élevée en France aujourd’hui qu’au début des années 1930 ; à gaver les élèves de la maternelle à l’université de contes de la Mère Shoah ; ou nous raconter que les « migrants » somaliens ou soudanais sont des Prix Nobel en puissance. Il arrive toujours un moment où on finit par butter sur la réalité. « Les faits sont têtus » comme disait le quart-juif Lénine, pour une fois bien inspiré.

Nos (((adversaires))) sont cependant prêts à toutes les contorsions. Comme dans le monde d’Orwell, leur nouvelle lubie consiste à réécrire l’Histoire. Ils ont décrété un beau jour que tout ce que des générations d’historiens avaient patiemment décrit n’était qu’un vulgaire « roman », que les nations pas plus que les races n’existaient, que le métissage généralisé et les « migrations » avaient de toute éternité façonné la face du monde. On essaie de nous persuader que les nègres et autres raclures issues des races de boue furent les véritables créateurs de l’âme de notre continent.

Récemment sur France Culture, officine de propagande s’il en est, on pouvait ainsi entendre un sous-commissaire politique, expliquer que sans « Omar Sy, la France ne serait pas la France » … Défense absolue de rigoler !!!

Dans le même ordre d’idée, j’ai lu dans je ne sais plus quel journal, que dans une série télévisée consacrée à la guerre de Troie, le rôle d’Achille avait été confié à un nègre… Bien sûr, ce choix est en contradiction complète avec les textes homériques qui, au contraire, insistent sur la blondeur des Achéens.

L’épithète qui accompagne ainsi Ménélas aussi bien dans l’Iliade et dans l’Odyssée est celle de « blond », (ξανθóς Μενέλαος). En Grèce, toutes les légendes s’accordent à présenter les Hellènes, Ioniens, Achéens, comme des aristocraties venues du Nord. Le poète Philémon, qui vivait au IIIème siècle avant notre ère, représente les Grecs de race antique et noble comme blonds aux yeux bleus, à la peau blanche et de haute taille. Quant à l’Épire, le royaume d’Achille, correspond peu ou prou à l’actuelle Albanie, terme qui signifie étymologiquement le « Pays des Blancs ».

La propagande a cependant ses limites. C’est la raison pour laquelle le système en est de plus en plus réduit à recourir à la coercition. Tous les ans, le code pénal s’alourdit de nouveaux délits concernant de nouvelles « phobies ». On a inventé ainsi ces derniers temps les « transphobie », « grossophobie » et « handicapophobie »…

Je me demande personnellement quels sont les tarés qui ont créé pareilles absurdités. Nous savons bien aussi que les persécutions à l’encontre de ceux qui, courageusement, dénoncent l’escroquerie de la Shoah ne font que s’accentuer.

Ce recours à la force est le signe que le régime est aux abois, il ne lui restera bientôt plus que l’usage brutal de la violence pour se faire obéir. Il faut reconnaître que les « démocrates » ont toujours excellé dans l’art de lutter contre leurs ennemis. Comme le remarquait jadis Maurras, « la République gouverne mal, mais elle se défend bien ».

La démocratie : l’ennemi à abattre

Notre ennemi prioritaire reste cependant la « démocratie ». Le préalable à tout relèvement consiste à abattre leur soi-disant « démocratie ». C’est seulement lorsque nous aurons bâti un État raciste, autoritaire et hiérarchisé, que nous pourrons enfin mettre en œuvre la réémigration des masses allogènes.

Notre devoir prioritaire doit donc être de dénoncer systématiquement l’imposture démocratique. Cela demandera du temps. Depuis notre plus tendre enfance, nous sommes soumis à un véritable lavage de cerveau. On nous ressasse inlassablement que la démocratie est le seul régime possible, que s’éloigner de la démocratie conduit à la barbarie et au retour des « z’heures-les-plus-sombres ».

Le culte de la démocratie est étroitement lié à la religion de la Shoah. Remettre en cause le mythe des six millions de morts revient automatiquement à saper les fondements de leur régime pourri. On comprend ainsi mieux l’acharnement du (((système))) à faire taire ceux qui osent démonter cette gigantesque supercherie. Nos adversaires sont loin d’être bêtes. Ils savent parfaitement que tout s’articule autour de ce mythe. C’est par ce biais qu’ils peuvent criminaliser toutes les idées racistes et nationales.

Dans notre entourage, nous devons susciter le doute sur l’existence du prétendu « holocauste ». Il convient d’agir prudemment. Il ne faut pas dire brusquement à nos interlocuteurs que les chambre à gaz ne sont qu’une invention de la propagande juive. Les esprits de nos contemporains sont trop formatés pour entendre d’emblée pareille vérité. Il faut y aller progressivement, inciter nos interlocuteurs à se poser par eux-mêmes les bonnes questions. On peut, dans un premier temps, dénoncer les affabulateurs comme Wiesel, que même les thuriféraires du culte shoahtique n’osent plus défendre. De fil en aiguille, on peut ainsi mine de rien orienter nos connaissances vers de bonnes lectures.

Le (((système))) a peur. Il ne contrôle plus l’invasion migratoire qu’il a lui-même déclenchée. C’est l’éternelle répétition de l’histoire de l’apprenti sorcier.

La juiverie, qui a tout fait pour détruire le monde blanc, commence à comprendre que les masses bougnoules et négroïdes représentent une menace vitale pour ses intérêts. Que les juifs se débrouillent eux-mêmes !!! Nous n’avons pas à leur servir de supplétifs. Tout ce qui peut affaiblir la démocratie va dans le bon sens. La démocratie, voilà l’ennemi !!!

Auteur: Procope

Partager cet article sur