Universités américaines : les femmes noires plus « égales » que n’importe qui d’autre

Traduction de l’article du Daily Stormer.


Vous tous, les racistes, pouvez vous mordre la langue.

Vous pensiez que des femmes noires fortes, indépendantes et magnifiques ne pourraient jamais devenir docteurs et scientifiques ?

Il faudra repenser cela.

Elles constituent maintenant le groupe le plus « éduqué » aux États-Unis. Et cela signifie que d’un instant à l’autre désormais, vous pouvez vous attendre à voir les laboratoires et entreprises technologiques submergées de femmes de couleur.

Oui, d’un instant à l’autre, maintenant…

Négresse pseudo-scientifique
Est-ce vraiment étonnant que nous n’avons pas encore trouvé de remède au cancer, alors que nos centres de recherches sont en manques de précieuses personnes de couleur ?

The Independent :

Les femmes noires sont maintenant le groupe le plus éduqué aux ÉTats-Unis, selon le Centre National pour les Statistiques de l’Éducation.

Entre 2009 et 2010, les femmes noires ont reçu 68% des BTS, 66% des licences, 71% des masters et 65% des doctorats décernés à des étudiants noirs [ndt : j’ai converti les diplômes en des équivalents français].

D’accord, cela signifie seulement que les hommes noirs n’ont pas la patience pour passer par les cours d’« histoire noire » et d’« études de genre » pour obtenir leurs diplômes Mickey Mouse en science sociales, sans valeur.

Mais tout de même.

Le pourcentage des élèves noirs [parmi l’ensemble de ceux] allant à l’université a augmenté de 10% à 15% de 1976 à 2012, alors que le pourcentage des élèves blancs a chuté de 84% à 60%.

Par race et sexe, un plus haut pourcentage de femmes noires (9,7%) est inscrit à l’université que n’importe quel autre groupe, y compris les femmes asiatiques (8,7%), les femmes blanches (7,1%) et les hommes blancs (6,1%)

Donc il semble que la section de la population la plus intelligente et la plus productive – les hommes blancs – évite totalement l’université. Est-ce vraiment étonnant ? Non seulement les universités constituent désormais des territoires hostiles pour les hommes blancs, mais elles se sont transformés en cirques manquant complètement de sérieux.

Caricature universités gauchistes

Qui payerait des centaines de milliers de dollars pour ces absurdités ?

Cependant, une récente étude a découvert que les femmes noires ne constituent que 8% des emplois du secteur privé et 1,5% des rôles de direction.

Oh oh, quelle surprise.

Toutes ces femmes à problèmes noires n’obtiennent pas d’emplois.

Peut-être est-ce que c’est parce qu’il faudrait être complètement fou pour donner un emploi avec de véritable responsabilités à une de ces folles.

Ce sont les finalistes d’un concours national universitaire de débat. Essayez d’imaginer devoir faire un travail avec ces créatures dans la même pièce.

Tout cela ne sert qu’à montrer que la seule façon pour faire de l’université pour permettre aux Noirs d’y être à l’aise a été de la transformer en quelque chose d’antithétique à un environnement d’apprentissage de connaissances et techniques utiles.


L’auteur conclut que cela ferait des universités un endroit que les hommes blancs cherchent volontairement à éviter, j’en suis beaucoup moins sûre : il me semble que ce sont surtout les politiques de quotas et les coûts exorbitants qui sont en cause.

La situation en France n’est pas encore si lamentable – si de nombreux domaines d’étude sont dans un triste état, les domaines plus scientifiques prodiguent encore des formations valables.

Ceci dit, pour une personne ne pouvant pas espérer suivre des études valables menant à un bon emploi, il vaut mieux viser des métiers plus manuels, du genre électricien ou plombier, qui rapportent bien. Cela vaut mille fois mieux qu’avoir un petit diplôme sans grande valeur ouvrant la voie à une carrière au salaire minimum.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

4 Commentaires sur "Universités américaines : les femmes noires plus « égales » que n’importe qui d’autre"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
albert
13 novembre 2017 17 h 55 min

Il n’y a pas ( encore ? ) de discrimination positive pour accéder aux Instituts de Technologie ( genre X ou Centrale chez nous ).
Résultat : pas de Nègue dans ces temples de la recherche et du savoir . .
Il semblerait que la Nature n’ait pas fait les hommes égaux .

Q .

13 novembre 2017 18 h 12 min

L’autre jour il y avait un reportage sur France 3 sur des concours de jeunes talents de l’informatique. Des hackers en gros. Et bien sur une vingtaine de jeunes ils étaient tous Blancs…sauf un.

Et devinez qui fut interrogé ?

Bingo, le bougnoule. Discrimination positive afin de glorifier les seuls non Blancs qui sont au dessus de la moyenne de leur race.

viberik
13 novembre 2017 22 h 34 min

la video du débat me rappelle une certaine MLP…

fernh
14 novembre 2017 16 h 44 min

Les journalope de « The Independent » ne savent pas lire des stats. https://notesonliberty.com/2016/06/23/black-women-are-not-the-most-educated-group-in-the-united-states/

wpDiscuz