La police de Zürich va dissimuler la nationalité des criminels pour lutter contre la « discrimination »

Si les envahisseurs étaient aussi paisibles qu’on veut nous le faire croire, y aurait-il besoin de dissimulation ?

RT :

Le responsable de la police zurichoise, Richard Wolff, a annoncé le 7 novembre que son institution allait mettre en pratique une proposition adoptée en 2015 et émanant de deux partis suisses, le PS et les Vert’libéraux : la police municipale de Zurich ne donnera plus systématiquement la nationalité des auteurs de délits dans ses communiqués lors de l’interpellation des auteurs présumés de crimes et délits.

Donc, des informations seront dissimulées des yeux du public.

Le présupposé fondamental de la démocratie est que la masse de la population est capable de décider intelligemment des directions politiques que doit prendre le pays.

C’est un présupposé parfaitement idiot, ce que l’état même des pays blancs démontre. Si une nette majorité en était capable ; alors cette majorité ne se laisserait pas mener par les médias menteurs, générerait en son sein des candidats intègres et défendant les bons choix politiques, et les élirait.

En jugeant utile de cacher ces informations du public, les gauchistes et leurs relais, qui sont habituellement les grands chantres de l’idée démocratique, avouent qu’ils n’en croient pas un traître mot, puisque sinon ils devraient croire que lire d’innombrables fait divers impliquant des extra-européens n’empêcherait pas de faire le « bon » choix.

En l’occurrence, l’hostilité anti-envahisseurs générée à la lecture de ces faits divers pousse bel et bien dans la bonne direction – mais une bonne direction qui est opposée à la voie destructrice préconisée par les gauchistes.

Si cela s’avère nécessaire pour les besoins d’une enquête, seuls le sexe, l’âge et le signalement physique seront communiqués aux journalistes qui en feront la demande.

Le signalement physique inclura-t-il le type racial ? Ce devrait être le premier critère, mais on a déjà vu des forces de police dissimuler cette information pour éviter la « discrimination » quitte à nuire à l’enquête ; et vu la mesure concernant les nationalités, cela n’a plus rien de fantaisiste comme hypothèse.

Le département de la sécurité de la ville a déclaré : « Préciser la nationalité ne sert qu’en apparence la transparence », sous-entendant que l’annonce de l’origine du délinquant n’expliquait pas l’acte en lui-même et qu’elle passait sous silence d’autres potentielles explications, telles que la faiblesse des revenus, le niveau d’éducation ou la consommation de drogue.

Eh bien, si ce sont de tels autres critères qui domineraient, on devrait bien s’en rendre compte dans l’analyse générale des données ?

Il est possible par des analyses de corrélation d’établir le rôle d’un critère toutes choses égales par ailleurs. Mais ces critères ne sont pas indépendants les uns des autres – le fait d’être une racaille non-blanche rend plus probable de prendre de la drogue, de n’avoir aucun diplôme et des revenus (officiels) faibles ; c’est donc aussi utile de les considérer ensemble.

Notre cerveau, en stéréotypant, fait cela d’une façon un peu plus brute mais tout à fait efficace.

Selon un article du site d’informations ArcInfo.ch, « donner automatiquement et sans autre analyse la nationalité de l’auteur d’un délit dans un communiqué de police est subjectif. »

Les anti-blancs n’hésitent pas à nous dire que les races n’existent pas, ils n’hésitent pas plus à nous dire ce genre d’absurdité. Ils pourraient tout aussi bien dire que 1 + 1 = 5…

L’automaticité et l’absence d’analyse dans le communiqué de police garantissent justement l’objectivité de l’information.

Tout comme ce serait objectif d’indiquer la race, évitant de nous parler de « suisses » quand il s’agit d’africains ou d’albanais à papiers helvètes.

La politique helvète en matière de communication des données des délinquants souligne par ailleurs que cette décision de la police municipale zurichoise va à l’encontre de la tendance en Suisse et que la police cantonale de Zürich, ainsi que la police municipale voisine de Winterthour, s’en tiendront aux recommandations de la Conférence des commandants des polices cantonales : elles continueront à préciser l’origine des délinquants.

De même, dans le canton de Soleure, les citoyens ont accepté en 2012 une initiative de l’UDC exigeant que la police et la justice précisent la nationalité des délinquants dans leurs communiqués.

Ce devrait être la norme partout

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

3 Commentaires sur "La police de Zürich va dissimuler la nationalité des criminels pour lutter contre la « discrimination »"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Kevin le boss
13 novembre 2017 1 h 57 min

« donner automatiquement et sans autre analyse la nationalité de l’auteur d’un délit dans un communiqué de police est subjectif. »

Bon, j’avoue que là j’ai rien compris. « Subjectif » ?

Sinon, on connaît les étapes suivantes. D’abord, donc, on cache que les immigrés commettent la majorité des délits, ensuite on s’offusque qu’ils soient plus contrôlés (« c’est de la discrimination ! ») et enfin, si un jour un policier abat un noir ou un arabe, on parle de « crime de haine raciste ». Les émeutes peuvent commencer et les politiques de compensation se mettent en place (discrimination positive, quotas, argent déversé pour calmer les fauves…).

Nick
13 novembre 2017 18 h 39 min

Croient-ils diminuer ainsi le taux de criminalité ? Mais au moins y a-t-il encore des interpellations en Suisse. En Belgique, quand il s’agit de faits commis par des représentants de la « diversité », il n’y a même plus d’interpellation du tout, quelle que soit la gravité de ces faits : terreur à bord du train Ottignies-Bruxelles le 01/11 et émeute marocaine à Bruxelles le 11/11. On assiste à une capitulation des désormais bien mal nommés « forces de l’ordre ».

Ardruina
14 novembre 2017 11 h 26 min

En France ce n’est pas mieux, la police s’en prend toujours aux mêmes. Pour verbaliser les automobilistes parce qu’ils ont dépassé la limitation de vitesse de 3 km/h ce sont des champions, en revanche quand il s’agit de défendre les blancs contre des hordes de migrants et de racailles des cités, là, bizarrement, il n’y a plus personne, on se retrouve tous seuls.

De mon point de vue, ce qu’il faut comprendre c’est que l’Europe de l’Ouest n’est plus dirigée par personne, les chefs d’Etats sont des marionnettes qui obéissent aux ordres donnés par l’Union Européenne, les lobbys etc. Aucun pays de l’Europe Occidentale ne cherche à diminuer la criminalité, le chômage ou le terrorisme (ils savent très bien quoi faire pour arrêter tout ça, mais ils refusent de le faire puisque leur but c’est de détruire les nations et les blancs).

Les politiciens sont là pour imposer leurs lois sur les peuples et récupérer les impôts, le reste ils n’en ont rien à péter de nos tronches, il n’y a qu’à regarder, dans certains quartiers c’est le chaos total, ni la police, ni les pompiers ne peuvent entrer sans risquer de se faire lapider. Vous verrez le jour où il y aura un soulèvement, une guerre civile ou un problème quelconque, nos Zélites seront les premiers à fuir le pays, à nous abandonner et nous laisser nous démerder avec le chaos qu’ils ont eux-même installé et propagé en ouvrant les frontières à l’Islam et à toute l’Afrique.

wpDiscuz