Les derniers navires de sauvetage des ONG en Méditerranée se désolent de la pénurie de migrants en mer

Nous savions tous que les habillages humanitaristes liés à la guerre dont se paraient les ONG pour aller chercher des métèques en Afrique et les importer en Europe étaient une fumisterie masquant un désir global d’offrir le monde occidental à tous les déshérités, ayants-droits de l’humanité sans distinction de situation personnelle.

Le ressort est le même dans les deux cas, il s’agit de donner à des malheureux accès à une vie meilleure ; seulement le cadre de pensée de cette réflexion est essentiellement universel, par conséquent, lorsque les ONG prétendent agir en mer pour assister une catégorie particulière d’immigrants, elles font un mensonge de circonstance.

Secourir les naufragés en détresse n’est qu’un prétexte pour faire traverser tout le monde, à qui l’élément de détresse était dès l’origine consubstantiellement étendu.

Il n’y a donc pas à s’étonner de ce que l’on va lire :

AFP :

À bord de l’Aquarius, seul navire d’ONG resté au large de la Libye, secouristes et humanitaires poursuivent leur veille, s’inquiétant surtout de ne plus voir arriver de migrants.

Jeudi, la marine libyenne a annoncé la création d’une zone de recherche et de secours (SAR) allant bien au-delà des 12 milles nautiques de ses eaux territoriales, et en a banni les ONG, que Tripoli accuse de collusion avec les passeurs.

Quelques jours plus tôt, des gardes-côtes libyens avaient tiré en l’air en face d’un navire humanitaire, promettant de le viser directement la prochaine fois. Une à une, les ONG ont suspendu leurs opérations.

L’Aquarius, affrété par SOS Méditerranée avec le concours de Médecins sans frontières (MSF), est resté seul au large de la Libye, où le Golfo Azzurro [NdT : chassé des eaux libyennes aujourd’hui même, avec l’aide des Identitaires de Defend Europe] de l’ONG espagnole Proactiva Open Arms, actuellement en ravitaillement à Malte, devrait prendre le relais mardi.

Le jour, l’Aquarius croisait d’habitude à 20 milles — une distance à laquelle on peut apercevoir le relief libyen — mais restera désormais à 24 milles, sauf si les gardes-côtes italiens coordonnant les opérations de secours dans la zone lui demandent d’intervenir plus près des côtes libyennes.

Un plan d’urgence est en place pour permettre à tout le monde de s’enfermer si le navire est abordé. Mais pour l’instant, seul le C-Star, navire affrété par des militants d’extrême droite européens, les a approchés.

Et ce qui inquiète vraiment les humanitaires, c’est avant tout le calme plat de leurs journées.

Alors que la mer est calme et les vents favorables aux départs, l’Aquarius n’a plus aperçu d’embarcation de migrants depuis une semaine. Même au coeur de l’hiver, la saison la moins favorable aux départs, il n’avait pas connu de rotation de trois semaines sans ramener des centaines de migrants.

En Italie, les arrivées de migrants ont diminué de moitié en juillet par rapport à l’année dernière, et les autorités en ont compté 1.700 depuis début août, encore loin des 21.300 enregistrés sur tout le mois d’août 2016.

« Il est très difficile de savoir ce qui se passe en Libye. Mais ici on voit qu’il y a moins de canots qui partent et que ceux qui partent sont interceptés par les gardes-côtes libyens », explique Marcella Kraay, responsable de projet de MSF à bord.

Elle qui a constaté les traces de mauvais traitements, de violences et de tortures subis en Libye sur les corps de tant de migrants secourus par l’Aquarius, s’inquiète du sort de ces migrants interceptés et ramenés dans des centres de détention en Libye, à la merci d’un nouveau cycle d’abus.

On pourrait aisément railler comme il se doit ces « sauveteurs » qui voient s’assécher leurs fond de commerce, en soulignant qu’ils devraient se réjouir de ce que moins de migrants vont mourir en mer en ne s’y aventurant pas ; car c’est admettre que ces ONG font leur beurre de la prétendue « tragédie » que constitue le péril de mort auquel les clandestins s’exposent.

Ces moqueries sont bonnes en termes de communication politique, toutefois elles ne doivent pas occulter la vraie raison du dépit des ONG : c’est que tous ceux qui ne passent plus n’entreront pas en Europe, et que les ONG s’en désolent. Elles voient, par idéologie ou par intérêt, tous les métèques d’Afrique comme des prétendants légitimes à une vie dans le chaudron multiculturel européen, et ne se soucient pas en réalité de leur statut. Pour elles, un « migrant » mort n’est pas une tragédie en soi, ni une perte regrettable parce qu’elle signifie la disparition d’un être humain : c’est une tragédie parce que c’est une personne qui aurait pu et dû rejoindre l’Europe, et qui est morte alors qu’elle aurait pu accéder au continent européen, de la même façon que les morts des famines en Afrique sont une abomination car en Europe ils seraient nourris.

De ce point de vue, peu importe que les migrants risquent de mourir en traversant : l’important est qu’ils cherchent à passer, les ONG se chargeant d’éviter les incidents. Le vrai scandale, pour elles, c’est que les allogènes restent en Afrique et ne veuillent plus venir, renonçant au rêve multiracial et hautement moral que les Occidentaux des ONG ont bricolé et imputent arbitrairement à l’humanité tout entière.

D’autres arguments nourrissent cette thèse : les membres des ONG sont cent fois plus heureux de voir les nègres affluer en Europe que de les voir développer l’Afrique, ils sont saisis de craintes plus fiévreuses à l’idée des maux qu’ils subiront en restant sur le Continent noir qu’à celle de la mort qui les guette en Méditerranée.

Estimant (à raison) que l’Occident est l’Éden du monde, et supposant (à tort) que tous les humains ont un droit absolu à en bénéficier, les militants des associations humanitaires font logiquement leur possible pour faire advenir leur idéal, vivant du trafic formé par les migrations maritimes, et irrités de leur arrêt, tant par dépit personnel lié à la baisse d’activité que par frustration idéologique à l’idée que leur vision du Bien cesse d’être alimentée.

Seule l’initiative des Identitaires de Defend Europe, qui, elle, œuvre directement à empêcher ce plan d’advenir, est capable de les énerver davantage ; et, là encore, pour les mêmes raisons, les ONG n’entretiennent pas seulement à leur égard une colère du fait des bâtons que le C Star leur met dans les roues, mais aussi une vraie haine car ils vont contre le projet d’excellence qu’elles se sont formé, et sont ainsi une négativité pure, le Mal en action.

Tout cela alors que les logiques auxquelles servent réellement ces boucaques une fois arrivés sont des logiques marchandes, une humanité de boue d’où les Blancs ont disparu comme ensemble cohérent étant une glèbe exploitable à merci par l’hyperclasse financière mondialisée ; en rien des logiques humanitaires, qui ne sont que l’emballage par lequel s’obtient le consentement des remplacés, parfois fanatique.

Auteur: Haken

Partager cet article sur

Publier un commentaire

12 Commentaires sur "Les derniers navires de sauvetage des ONG en Méditerranée se désolent de la pénurie de migrants en mer"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Ksenia
16 août 2017 13 h 21 min

S’ils s’ennuient vraiment, ces criminels anti-blancs devraient en profiter pour lire un peu, les ouvrages de Bernard Lugan par exemple…
Merci encore à ces Identitaires formidables dont l’action a été saluée par Nigel Farage et Frauke Petry ! On attend toujours le tweet de soutien du FN…

Darkeuclyde
16 août 2017 14 h 23 min

Combien de fois on devra le répéter le FN est mort né il a été créé sur de mauvaises bases et avec la prise de pouvoir de JMLP ET MLP n’ont fait empiré que les choses donc je pense qu’on peut oublier le FN et l’on peut oublier les attentes que l’on avait de lui.

17 août 2017 8 h 59 min

Le FN est mort et enterré, voilà tout.

Gregleblanc
16 août 2017 15 h 35 min

L’argent ne rentre plus , le crédit pour la maison et le petit dernier vas être dur a rembourser , pauvre ONG .

17 août 2017 9 h 00 min

Il y en a qui ne savent plus sur quoi s’apitoyer, certains n’ont pas assez de nègres, d’autres dénoncent les Blancs racistes…

Snapdragon
16 août 2017 21 h 19 min

Les migrants avaient plus de chance de réussir leur vie chez eux.
Du coup les ONG sont un peu comme certaines mères qui empoisonnent leurs enfants pour se sentir interessantes.

Jacot
16 août 2017 21 h 56 min

Splendide article, merci Haken !
@Ksenia, ils peuvent lire Lugan, aller sur Blanche europe… et/ou lire le dailystormer ^^ La preuve, si on en croit Blanche, il a mené plein de gens en bateau !

17 août 2017 9 h 01 min

Bien vu 🙂

Orto Grafix
17 août 2017 3 h 23 min

Je donne pour sûr que du côté de Bruxelles, au siège de l’OTAN, on est en train de réfléchir à ce qu’il est possible de faire pour foutre à nouveau le bordel en Lybie, un pays Arabe où on en a marre de voir défiler des quantités énormes d’Africains. Cet aspect des choses ne sera certes pas souvent commenté sur ce site. L’interaction intelligente des identitaires, sur leur bateau, et des gardes-côtes lybiens, a fait la différence ce qui signale que oui, l’addition du courage et de l’intelligence donne quelque chose de positif.

wpDiscuz