Excellente nouvelle : les bateaux des ONG d’importation des nègres en Europe chassés de la Méditerranée !

Depuis 2015 et le début des « vagues de migrants » « chassés par la guerre en Syrie », la bonne conscience occidentale s’est émue du nombre de personnes mourant dans leur fuite. Ce n’était pas assez que d’accueillir, que d’inviter, des millions de nègres en Europe chaque année, nous étions en outre coupables de leur mort s’ils périssaient dans leur voyage pour venir nous parasiter. Cependant que l’opinion populaire était dûment (((sensibilisée))) à cette « tragédie », il a été longuement corné que l’action positive de « sauvetage », c’est-à-dire d’importation active des crasseux échoués, était un devoir humaniste.

Rongées par ce fardeau moral, des ONG plus ou moins notoires se sont mis en tête d’affréter des navires pour aller recueillir toute la pouillerie qui traversait la mer, et de la ramener dûment en Italie, essentiellement dans l’île de Lampedusa, très proche de la côte tunisienne, où les métèques ramenés se conduisent d’ailleurs régulièrement comme des porcs.

Les nègres, moins crétins, ont réalisé que l’énorme abrutissement taré des ONG était une manne, et ont commencé à employer une tactique simple : embarquer sur un rafiot, puis le laisser dériver (il est alors sans commandement ou en perdition selon le droit maritime international), et appeler les lignes d’urgence des ONG sitôt le bateau sorti du port.

Il va sans dire que cela a parfaitement fonctionné, les ONG, empressées de faire leur moisson de nègres, accourant vers l’hameçon, de plus en plus près, jusque dans les eaux libyennes où ce sont pourtant les autorités nationales qui ont pour charge de secourir les navires en danger. Certains navires de « sauvetage » sont pratiquement allés jusqu’aux côtes que les barcasses de nègres quittaient tout juste.

Ces opérations, très lucratives pour les passeurs qui embarquent les « migrants » sur leurs coques de noix moyennant finances (car les ONG leur renvoyaient aimablement lesdites coques de noix afin de pouvoir y embarquer le chargement suivant, ce qui est interdit), ont tout de même fini par être remarquées. L’agence de protection des frontières extérieures de l’Union européenne (ne riez pas), Frontex, a même accusé officiellement ces ONG de se livrer en fait au trafic d’êtres humains qu’entreprennent les passeurs.

Ne cherchez pas à comprendre, l’important c’est qu’il y a des morts et que c’est trop super méga triste.

Ces petits déboires se sont accompagnés du lancement par les Identitaires européens d’un bateau, le C Star, visant à contrecarrer les opérations des ONG. Cette initiative a fait pousser de hauts cris à tout la bonne société médiatique et associative d’Europe, qui n’a pas cessé de lui mettre des bâtons dans les roues. Son arrivée en Méditerranée coïncide avec l’adoption par les différentes autorités nationales de mesures plus sévères, qui forcent les ONG au repli.

Tout dernièrement, le bateau « Iuventa » de l’ONG allemande « Jugend Rettet » a été saisi par les autorités italiennes après que des preuves accablantes de son manège avec les passeurs libyens ont été rapportées par un agent infiltré. L’ONG a subséquemment annoncé mettre fin à ses activités.

Le gouvernement italien a publié une charte de conduite des ONG en Méditerranée, afin de proscrire ces combines : très peu l’ont signée, signalant un refus global d’apporter la moindre restriction à l’envahissement racial du continent européen.

C’est dans ce contexte qu’interviennent les développements suivants :

La Libye interdit « tout navire étranger » près de ses côtes

AFP :

La marine libyenne a annoncé jeudi la création au large du territoire d’une zone de recherche et de sauvetage, qu’elle interdit sauf autorisation aux navires étrangers, en particulier aux ONG patrouillant en eaux libyennes pour secourir des migrants.

La mission des ONG engagées dans les secours aux migrants au large de la Libye suscite des tensions dans la région.

L’Italie, qui a vu débarquer plus de 600.000 migrants depuis 2014, essentiellement via la Libye, tente de fermer la route et a mis en place début août un code de conduite imposant transparence et coopération maximum aux ONG de secours en mer, dont plusieurs ont refusé de signer.

La Libye a déclaré « officiellement une zone de recherche et de secours », a déclaré jeudi en conférence de presse le général Abdelhakim Bouhaliya, commandant de la base navale de Tripoli, sans préciser l’étendue de cette zone.

« Aucun navire étranger n’a le droit d’y accéder, sauf demande expresse de la part des autorités libyennes », a-t-il souligné.

Un porte-parole de la marine libyenne, le général Ayoub Kacem, a précisé que la décision visait explicitement « les ONG qui prétendent vouloir sauver les migrants clandestins et mener des actions humanitaires ».

Les gardes-côtes libyens sont souvent montrés du doigt par les navires des ONG qui patrouillent au large de la Libye afin de secourir des migrants clandestins et les tensions sont vives.

Le général Haftar offre d’enrayer militairement l’afflux de métèques, en échange d’argent de la part des Européens

[Note de Blanche : Depuis le renversement de Kadhafi, la Libye est divisée. Le gouvernement internationalement reconnu de Tripoli a un pouvoir effectif assez réduit. En revanche, le général Haftar contrôle la majeure partie du pouvoir effectif : il dirige la Cyrénaïque (partie Est du pays), contrôle l’essentiel des ressources pétrolières du pays, et dispose de la plus importante force militaire. Il a été reçu fin juillet par Macron, signe que les diplomaties européennes commencent à se mettre au fait de la réalité du pouvoir en Libye.]

RT :

L’homme fort de l’Est libyen, Khalifa Haftar, estime à 20 milliards de dollars sur 20 ou 25 ans l’effort européen nécessaire pour aider à bloquer les flux de migrants à la frontière sud du pays.

« Le problème des migrants ne se résoudra pas sur nos côtes. S’ils ne partent plus par la mer nous devons les garder chez nous et cela n’est pas possible », a expliqué le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l’Est libyen, dans un entretien au quotidien italien Corriere della Sera du 12 août.

« Nous devons au contraire travailler ensemble pour bloquer les flux sur 4000 kilomètres à la frontière désertique libyenne du sud. Mes soldats sont prêts. Je contrôle plus des trois quarts du pays. Je possède la main-d’œuvre, mais il me manque les moyens », poursuit le chef de l’autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL).

« [Le président français] m’a demandé ce dont on a besoin, je suis en train de lui envoyer une liste », précise le maréchal Haftar. Dans la liste figureront « des formations pour les garde-frontières, des munitions, des armes, mais surtout des véhicules blindés, des jeeps pour le sable, des drones, des détecteurs, des lunettes de vision nocturne, des hélicoptères ». Le militaire a ajouté qu’il souhaitait installer des campements mobiles de 150 hommes au minimum tous les cent kilomètres.

Un vaste programme qu’il estime à « environ 20 milliards de dollars [soit près de 17 milliards d’euros] sur 20 ou 25 ans pour les pays européens unis dans un effort collectif ».

A titre de comparaison, « la Turquie prend six milliards [à Bruxelles] pour contrôler un nombre infiniment inférieur de réfugiés syriens et quelques Irakiens », a-t-il fait remarquer, avant d’ajouter : « Nous, en Libye, nous devons contenir des flux gigantesques de personnes arrivant de toute l’Afrique. »

C’est bien sûr un racket, comme celui que fait peser la Turquie du Kebab suprême Erdogan, et que les Européens ont la médiocrité d’accepter systématiquement (car ces cafards de Turcs le rompent tous les trois mois, laissant passer des flots de bougnes, et exigeant encore plus de pognon pour recommencer à les retenir, ainsi que la reprise des négociations d’entrée dans l’Union européenne), toutefois il justifie l’expulsion des bateaux des ONG, dans un mouvement de cohérence qui n’est pas à dédaigner.

Médecins Sans Frontières suspend l’activité de son plus gros navire en Méditerranée

RT :

L’ONG d’origine française Médecins sans frontières (MSF), a annoncé le 12 août avoir suspendu l’activité du Prudence, le plus gros navire de secours en Méditerranée (qui a pu accueillir jusqu’à 1500 migrants à son bord), après que la marine libyenne a annoncé, le 10 août, interdire l’accès à ses eaux aux navires étrangers. Cette mesure s’adresse particulièrement aux embarcations des ONG d’aide aux migrants qui patrouillent le long des côtes libyennes, parfois si près qu’elles sont visibles depuis le rivage.

Bien qu’elle se soit conformée à la décision des autorités libyennes, l’ONG a vivement critiqué cette mesure par le biais de son président en Italie, Loris De Filippi. « Les Etats européens et les autorités libyennes sont en train de mettre en œuvre conjointement un barrage à la possibilité pour des personnes de chercher la sécurité. C’est une attaque inacceptable à la vie et à la dignité des personnes », a-t-il ainsi déclaré dans un communiqué, cité par l’AFP.

Le retrait du navire de MSF, qui continuera désormais sa mission en assurant la logistique et l’assistance sanitaire sur le navire Aquarius de SOS Méditerranée depuis les eaux internationales, fait suite à plusieurs initiatives similaires entreprises par d’autres organisations. Le Vos Hestia de « Save the Children » s’est par exemple dérouté sur l’île italienne de Lampedusa et l’ONG espagnole « Proactiva Open Arms » a annoncé se préparer à repartir, selon l’AFP.

D’autres ONG ont indiqué cesser leurs activités de sauvetage en mer, notamment Sea Eye (ceux-là même qui avaient prétendu venir au secours du navire de « Defend Europe » en avarie, suscitant le ricanement général de la presse) et Save the Children (en) (le nom est un programme).

C’est excellent. Petit à petit, les importateurs de nègres sont chassés de la mer. Le principal vaisseau des ONG restant, l’Aquarius, est suivi et surveillé par le C-Star des Identitaires afin de prévenir tout embarquement de boucaques vers l’Europe au profit d’une reconduite vers les ports libyens ou tunisiens.

Souhaitons que cela se poursuive.

Auteur: Haken

Partager cet article sur

Publier un commentaire

11 Commentaires sur "Excellente nouvelle : les bateaux des ONG d’importation des nègres en Europe chassés de la Méditerranée !"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Ksenia
14 août 2017 12 h 49 min

Un grand bravo aux identitaires européens qui effectuent un travail formidable en démontrant l’imposture et le trafic des O(N)G…. Ils ont réussi l’exploit de diminuer le départ d’envahisseurs de 76% depuis le début de leur mission…! Bonne chance pour la suite !

Godïk
14 août 2017 13 h 55 min

Merci à eux. Continuons ce genre d’action avant d’aller plus loin.

Hocky
14 août 2017 14 h 13 min

Super ! Mais on oublie que le bloc est partenaire avec la cette odieuse et minable LDJ ?

17 août 2017 8 h 54 min

Personnelement je n’ai lu que des on dit sur internet…

STOP GÉNOCIDE DES BLANCS
14 août 2017 14 h 27 min

Enfin une bonne nouvelle ! Elles sont trop rare !

jones
14 août 2017 16 h 04 min

il n’y a que l’action qui paye ,on en a ici une demonstration,,bravo aux identitaires pour ,leur culot et leur determination

wpDiscuz