Ridicule condamnation pour l’importateur de nègres Herrou, les anti-blancs jouent néanmoins aux indignés

Herrou, condamnation en appel de l’importateur de nègres

Nous avions précédemment rapporté le cas du très médiatisé Cédric Herrou. Le (((New York Times))) avait même consacré un long article à celui qui était poursuivi pour avoir fait passer des hordes de nègres vers la France depuis l’Italie puis occupé un centre de vacances afin d’y placer quelques dizaines d’entre eux. Herrou revendiquait ouvertement un acte politique ; mais le procureur n’avait requis que 8 mois avec sursis en dépit de l’absence de toute circonstance atténuante. Il n’avait été condamné qu’à 3000 euros d’amende avec sursis alors que la loi prévoit des peines maximales de 5 années de prison et 30.000 euros d’amende.

Naturellement, son activité n’avait pas cessé, bien au contraire. Les soutiens financiers et logistiques de cet importateur de nègre n’ont été l’objet d’aucune enquête médiatique ou judiciaire, alors même qu’il se consacre désormais à temps plein à cette activité et doit nourrir des dizaines d’entre eux en plus de frais divers, comme l’observait notre contributeur Procope. Soutenu par les médias anti-blancs et une flopée d’organisations gauchistes, il était rejugé après l’appel du parquet de Nice.

RT :

L’agriculteur militant Cédric Herrou, principale figure de l’association d’aide et de défense des migrants Roya Citoyenne a été condamné le 8 août à quatre mois de prison avec sursis pour aide à l’immigration clandestine par la cour d’appel d’Aix-en-Provence.

Une condamnation extraordinairement légère, mais plus lourde que la précédente puisqu’il n’y avait alors aucune peine de prison avec sursis.

« C’est le rôle d’un citoyen en démocratie d’agir quand il y a une défaillance de l’Etat », a déclaré Cédric Herrou en pénétrant dans la salle d’audience, devant laquelle l’attendaient une trentaine de militants. Le parquet d’Aix avait initialement requis huit mois de prison avec sursis à son encontre.

Je suis d’accord avec cette phrase d’Herrou, et je dirais même plus : quel que soit le régime politique, quand il y a une défaillance de l’État et que ce dernier n’y remédie pas après qu’on la lui ait signalée, il est entièrement légitime de prendre les choses en main.

Par exemple, c’est une énorme défaillance de l’État de laisser Herrou marcher dans les rues, alors qu’il devrait être jugé pour trahison, condamné et pendu. Faudra-t-il que quelqu’un prenne les choses en main ?

A sa sortie du tribunal, Cédric Herrou a regretté que la justice ne prenne pas en compte « ces demandeurs d’asile, qui sont là ». « On me demande de dégager ces gens dehors, qu’ils se fassent attraper par la police », s’est-il agacé. Répondant aux questions de BFMTV, le militant a assuré qu’il était dans son bon droit en hébergeant des clandestins sur sa propriété.

« Je dirai à toutes les familles que j’ai aidées que je ne regrette rien, que je l’ai fait avec plaisir », a en outre déclaré Cédric Herrou. « Si l’immigration venait du nord de l’Europe, la justice n’agirait pas comme ça, il y a un racisme d’Etat », a-t-il assuré.

Si l’immigration venait du Nord, Herrou accueillerait-il les clandestins de race blanche ? Tel est pris qui croyait prendre ! Cet anti-blanc négrophile est bien le dernier pour nous donner des leçons de morale.

Par ailleurs, si on en juge à la situation que l’on peut constater dans différents pays occidentaux – Canada, Royaume-Uni ; pour ne donner que deux exemples déjà traités ici -, l’expulsion de blancs en situation clandestine semble bien plus probable que celle de nègres.

En première instance […] avait en revanche été acquitté pour l’occupation illicite d’un bâtiment SNCF désaffecté à la gare de Saint-Dalmas de Tende (Alpes-Maritimes), où il avait abrité une cinquantaine d’Érythréens. Cette fois, la cour d’appel l’a reconnu coupable de ces derniers faits et l’a condamné à 1000 euros de dommages et intérêts.

1000 euros de dommages et intérêts, c’est peu, très peu. En tout cas, quand on le compare aux milliers d’euros d’amende ciblant les individus et organismes à tendance nationaliste, dont le seul « crime » est d’avoir voulu défendre les intérêts de leur peuple.

Indignation gauchiste

En dépit de la légèreté de la condamnation au regard de la gravité des faits ; les gauchistes se sont indignés. Selon eux, l’importation de nègres est une sorte d’impératif moral, et tout devrait être fait afin de maximiser la négrification de la France. Cette indignation a été généreusement relayée par Le Monde.

Le Monde :

La condamnation de Cédric Herrou par la cour d’appel d’Aix-en-Provence, à quatre mois de prison avec sursis, mardi 8 août, a suscité l’indignation à gauche et chez les défenseurs des migrants. « C’est l’Etat qui devrait être condamné et Cédric Herrou remercié », a déclaré le porte-parole du Parti communiste français, Olivier Dartigolles. La présidente de la Cimade, Geneviève Jacques, s’est dite, elle, « scandalisée » par cette décision.

La Cimade est une organisation d’origine protestante remontant à la Seconde Guerre Mondiale – apparemment « l’amour de l’autre » peut être mauvais pour la santé – dont la spécialité est d’aider les étrangers de toute sorte (mais surtout les non-blancs) au détriment de l’intérêt des français autochtones.

Le Monde cite aussi un tweet de Médecins du Monde – organisation fondée par (((Kouchner))) – déclarant :

Si venir en aide aux #migrants est condamnable par la justice, alors nous aussi nous sommes des délinquants. #Solidarité #Herrou

Des criminels, plutôt !

Pour l’ancien organisateur de concerts, aujourd’hui paysan, devenu en quelques mois la figure emblématique des soutiens aux arrivants dans la vallée de la Roya, la peine est bien plus sévère qu’en première instance. […] Cédric Herrou a annoncé qu’il allait se pourvoir en cassation. « Il n’y a aucune flagrance de passage à la frontière, rien, je revendique seulement le fait d’accueillir des gens qui ont passé la frontière par leurs propres moyens », a-t-il déclaré après l’audience.

L’article L. 622-1 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile punit de 30.000 euros d’amende et d’une peine de cinq ans d’emprisonnement « toute personne qui aura, par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l’entrée, la circulation ou le séjour irréguliers d’un étranger en France ». Les interpellations et poursuites engagées à ce titre constituent, pour les militants engagés auprès des migrants, ce qu’ils ont appelé un « délit de solidarité ».

Des exceptions ont été ajoutées au fil des ans, jusque pendant le quinquennat de François Hollande, après plusieurs cas médiatisés. En 2009, Monique Pouille, retraitée de 62 ans, avait été interpellée à son domicile de Calais pour avoir apporté de la nourriture et rechargé les téléphones portables de migrants qui vivaient dans un squat proche de son domicile. La même année, un bénévole d’Emmaüs avait été placé en garde à vue pour avoir refusé de fournir une liste des personnes hébergées dans un centre aux policiers qui cherchaient un sans-papiers.

Dans un pays sain, cette interpellation et cette garde à vue seraient considérées comme entièrement justifiées. Notons l’importance avouée de la médiatisation de ces cas dans les modifications ultérieures de la loi.

En décembre 2012, une loi a donc modifié l’article L. 622-4, qui prévoit désormais que l’aide au séjour ne peut donner lieu à des poursuites pénales « lorsque l’acte reproché n’a donné lieu à aucune contrepartie directe ou indirecte et consistait à fournir des conseils juridiques ou des prestations de restauration, d’hébergement ou de soins médicaux destinées à assurer des conditions de vie dignes et décentes à l’étranger, ou bien toute autre aide visant à préserver la dignité ou l’intégrité physique de celui-ci ». Ces exceptions ne concernent cependant pas l’aide à l’entrée et à la circulation des étrangers en situation irrégulière, seulement l’aide au séjour.

En appel comme en première instance, M. Herrou a bien été condamné pour aide à l’entrée, à la circulation et au séjour irrégulier d’étrangers acheminés depuis Vintimille, en Italie. Si, en février, le tribunal avait estimé que son aide n’avait pas fait l’objet de contrepartie, la cour d’appel n’a pas été de cet avis.

Elle a considéré que « les actions de Cédric Herrou s’inscrivaient de manière plus générale, comme il l’a lui-même revendiqué et affirmé clairement à plusieurs reprises, dans une démarche d’action militante en vue de soustraire des étrangers aux contrôles mis en œuvre par les autorités ». A ce titre, elle a estimé que ce militantisme était une forme de contrepartie et que l’agriculteur ne pouvait pas bénéficier des exceptions introduites dans la loi.

Même si la condamnation finale était ridicule, et que le tribunal joue sur l’ambiguïté des juridismes ; je suis positivement surprise par la décision des juges qui va à l’encontre de la doxa ! Et sur le fond ; étant donné l’exploitation médiatique faite par Herrou de son aventure, il est exact qu’il y a une contrepartie très réelle à son activité.

Cela ne vaut cependant pas en efficacité une loi punissant l’aide consciente aux clandestins de mort pour trahison.

Pour les avocats engagés en faveur des migrants, le « délit de solidarité » est donc toujours bel et bien là, et les exemptions ajoutées en 2012 sont insuffisantes. « La cour d’appel vient de faire une exacte application du texte », juge Stéphane Maugendre, ancien président du Groupe d’information et de soutien des immigrés (Gisti) et avocat au barreau de Bobigny. La loi permet « des poursuites extrêmement larges » et offre « une immunité extrêmement floue », ajoute-t-il.

« Les exemptions aujourd’hui laissent toujours une marge de manœuvre au juge », estime Claudia Charles, avocate associée au Gisti, pour qui l’arrêt de la cour d’appel est un « message fait à des militants dans la même situation que Cédric Herrou, pour les dissuader ».

Ce sont une mince amende et une peine de prison avec sursis qui sont censés constitués « un message » destiné à « dissuader » ? S’il faut y lire un message, ce ne serait sans doute pas celui de la dissuasion.

« Ça veut dire quoi une “contrepartie directe ou indirecte” ? Si vous invitez quelqu’un et qu’il participe au ménage, est-ce une contrepartie indirecte ? », interroge Me Maugendre. Selon lui, « l’intimidation des militants passe par les perquisitions et les gardes à vue, jusqu’aux poursuites », ajoute-t-il.

Les gauchistes, dont l’extrémisme consiste à exagérer plus encore les thèses ineptes de la doxa en vigueur, qui se présentent en victimes du Système, cela a quelque chose de risible.

Une autre affaire d’aide à l’entrée, à la circulation et au séjour d’étrangers en situation irrégulière devrait prochainement relancer les débats puisque la cour d’appel d’Aix-en-Provence devra rendre sa décision concernant le cas de Pierre-Alain Mannoni, un homme qui a pris en charge et aidé trois jeunes migrantes érythréennes. Il avait été relaxé en première instance, le tribunal ayant estimé que l’action de ce chercheur au CNRS, qui était venu en aide sans contrepartie à de jeunes migrantes se trouvant en danger, relevait bien de l’exception prévue par la loi.

Récemment, Cédric Herrou a de nouveau été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire. Il a été interpellé lundi 24 juillet à la gare de Cannes (Alpes-Maritimes) avec plus de 150 migrants arrivés chez lui depuis l’Italie et qu’il accompagnait pour demander l’asile. Une information judiciaire a été ouverte pour « aide à l’entrée et à la circulation d’étrangers en situation irrégulière ».

Il est de la responsabilité des individus de combler les défaillances de l’État, disions-nous plus tôt ? Les mille procédures engagées contre ce multirécidiviste ne sont pas sans rappeler la défaillance dans la sanction à l’égard des racailles multirécidivistes…

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

23 Commentaires sur "Ridicule condamnation pour l’importateur de nègres Herrou, les anti-blancs jouent néanmoins aux indignés"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
jones
9 août 2017 17 h 50 min

quand o a la gueule de ce herrou,pouvoir se taper une migrante erhytreenne doit etre un must,,moi,je m’explique des comportements comme celui de ce tordu liès s a des frustrations d’ordre sexuel ,,il aurait pu etre necrophile,tueur en serie de filles puberes ou enculeur de mamies edentees ,,

9 août 2017 19 h 02 min

herrou-gland

Albers
9 août 2017 19 h 15 min

il a vraiement une tête de gland !! j’ai entendu à la télévision que son avocat allait se pourvoir en cassation!!
Puisse-t-elle confirmer la condamnation !!

STOP GÉNOCIDE DES BLANCS
9 août 2017 23 h 16 min

HAHA !

Togirix
10 août 2017 8 h 38 min

Moi je trouve qu’il a une tête de cul. Mais le gland, ça lui va aussi, même si c’est insultant pour le fruit de l’arbre de sagesse de nos ancêtres.

STOP GÉNOCIDE DES BLANCS
9 août 2017 23 h 22 min

Je suis entrain de réfléchir à un châtiment nationaliste exemplaire pour ce traître : Mon cerveau au tendance nazi me propose de lui faire contracter une maladie infectieuse tropicale telle que la malaria ou la Leishmaniose, pour lui ôter toute envie d’importer des negres dans notre pays.
Avez-vous d’autres idées?

Ksenia
9 août 2017 23 h 59 min

Ebola ?…

STOP GÉNOCIDE DES BLANCS
10 août 2017 9 h 16 min

Trop rapide !!!

odin29
10 août 2017 11 h 41 min

Typhus?

STOP GÉNOCIDE DES BLANCS
10 août 2017 19 h 09 min

Beaucoup mieux !

hep
9 août 2017 23 h 58 min

Encore un de ces tordus qui vit dans ses excréments, et doit se faire tchi tchi chaque soir par plaisir. j’espère qu’il a choppé une bonne MST au passage

STOP GÉNOCIDE DES BLANCS
10 août 2017 9 h 16 min

HAHA

Crom
11 août 2017 16 h 20 min

Une bonne MST prise en charge par nos cotisations sociales. On bosse pour quelque chose au moins.

11 août 2017 18 h 14 min

Plutôt pour sauver quelque chose, et ce n’est pas vraiment beau.

Santiago Matamoros
10 août 2017 0 h 20 min
Orto Grafix
10 août 2017 3 h 33 min

Je me demande quel genre d’agriculture fait cet «agriculteur» meRdiatique.

Ksenia
10 août 2017 12 h 19 min

Il vend des œufs et des olives, mais c’est surtout un no Border activiste, genre ceux qu’on trouve à ND des Landes…il se définit lui-même comme antifa…
Cette tête de gland ( jolie photo ! ) n’arrêtera jamais, sauf si on l’arrête de quelque manière que ce soit…

10 août 2017 19 h 04 min

Ah oui encore un de ses écolos qui vivent dans leurs déchêts ( sans réussir à bâtir des cabanes décentes) et qui amalgame juste écologie à « fumer du cannabis ».

wpDiscuz