À Montpellier, les clandestins albanais poignardent des militaires et les flics coupent les doigts des patriotes

La ville de Montpellier est un coupe-gorge où les clandestins subventionnés rôdent et frappent au hasard, tandis que les braves français qui s’opposent à ce scandale sont brutalisés par les flics.

Cette ville est remplie de franc-maçons et le département de l’Hérault est infesté de non-blancs.

Lorsque les clandestins, criminels par définition, s’aperçoivent qu’ils peuvent stagner sur le territoire un certain temps sans être inquétés, ils s’enhardissent et commencent à sécréter leur nuisance, confortés par l’idée qu’ils auraient des « droits » et aucune espèce de devoir.

Des bandits albanais de Montpellier lardent de coups de couteau un militaire pris au hasard

e-metropolitain :

Les six ressortissants albanais mis en examen, notamment pour tentative d’homicide volontaire -pour l’un- et pour violences volontaires avec arme en réunion -pour les autres- ont été placés sous mandat de dépôt, samedi soir et incarcérés à la maison d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone, au sud de Montpellier, dans la procédure judiciaire diligentée après qu’un militaire ait été poignardée [sic].

Dans la nuit du 3 au 4 juillet dernier, deux militaires de la force Sentinelle qui étaient en civil et hors mission avaient été violemment pris à partie sur le trottoir du cours Gambetta par une quinzaine d’Albanais qui squattent l’église protestante sise dans cette artère, côté avenue Georges Clémenceau. Croyant qu’ils s’agissaient de policiers, ils avaient voulu « se faire du flic »…

Un des deux militaires avait été jeté à terre, roué de coups, avant de recevoir plusieurs coups de couteau, qui, fort heureusement n’ont pas touché d’organe vital. Le second militaire avait été empêché de lui porter secours, un des agresseurs lui ayant placé une lame sous la gorge.

Les assaillants avaient ensuite organisé une expédition punitive sur la place de la Comédie, malmenant des piétons, puis prenant à partie des policiers municipaux qui avaient réclamé des renforts pour les mettre en fuite.

Les Albanais, de ce qu’on en voit, sont d’authentiques gentlemen. Ils tabassent et lardent de coups de couteaux un militaire choisi au hasard, menacent un autre d’une lame, puis font une « expédition punitive » contre des policiers qui avaient dû un jour leur faire les gros yeux.

Jeunes adultes -ils ont de 21 ans à 25 ans-, ces Albanais qui squattent l’église protestante du cours Gambetta à Montpellier ont déposé des dossiers de demandeurs d’asile, via l‘Office français de protection des réfugiés et apatrides -Ofpra-, l’établissement public chargé d’assurer en France, l’application des conventions, accords ou arrangements internationaux concernant la protection des réfugiés.

Leur colère est juste. Comment ne pas reconnaître que la France est un État qui leur a tout pris ?

Ces jeunes gens défavorisés, mais fiers, cachent de lourds traumatismes qu’ils ont dû vivre dans leur pays martyrisé par la guerre. Soyons compréhensifs car au fond, ils expriment leur envie de vivre ! Si seulement les embûches administratives et un certain repli sur soi frileux ne les opprimaient pas au quotidien, ils seraient heureux de participer à notre république !

Il faudrait aussi revoir le document crypto-suprématiste blanc intitulé Protocole des Nations Unis sur les réfugiés (PDF), honteusement ratifié par la France en 1971.

Article 32
EXPULSION

1.Les Etats Contractants n’expulseront un réfugié se trouvant régulièrement sur leur territoire que pour des raisons de sécurité nationale ou d’ordre public.

Face à la rébellion des citoyens du monde qui s’en prennent aux militaires et aux policiers, on pourrait peut-être imaginer que les pandores auraient une certaine mansuétude pour ceux qui leur résistent au nom de l’ordre, non ?

Non.

Richard Roudier, 70 ans, odieusement brutalisé en garde à vue au commissariat de Montpellier

Un flic sadique, très ami de l’immigration clandestine semble-t-il, a cassé les pieds et la main du patriote Richard Roudier lors de sa garde à vue, passée en compagnie de son fils, au commissariat de Montpellier le lundi 24 et mardi 25 juillet.

Ces deux patriotes étaient convoqués chez les flics pour avoir mené un groupe dans le local d’une association pro-invasion, qu’ils avaient investie sous le slogan : « Pas de subventions pour financer l’invasion ».

Leur garde-à-vue a duré 30 heures, pendant laquelle un immonde cogne a volontairement écrasé un doigt de Roudier père.

Voici le récit de son fils Olivier.

Nice-Provence :

Mais le pire est arrivé au moment où nous allions partir au moment de passer devant le Juge des Libertés et de la Détention (JLD). Un officier de police, qui s’est présenté comme étant le chef de la souricière, avait pris mon père en grippe et après lui avoir refusé son cachet d’aspirine, il lui refusait d’aller aux toilettes.

Afin de mettre fin à la discussion, le policier a violemment fermé la porte de la cellule en coinçant les doigts de mon père dans la charnière. Il a même verrouillé la porte, les doigts de mon père encore coincés à l’intérieur ! Et pendant une ou deux minutes ! Il est ensuite parti au bout du couloir. Mon père hurlait de souffrance et moi je criai pour que quelqu’un vienne ouvrir la porte. Le policier est revenu et a enfin ouvert, juste le temps que mon père retire ses doigts. Il a ensuite refermé et est reparti.

Mon père est resté sans soins pendant plus de dix minutes dans la cellule. Il y avait du sang partout et on croyait qu’un des doigts était sectionné. Mon père hurlait et moi je criai pour qu’on appelle les pompiers. Toujours le même flic, un gaillard de 100 kilos, nous a alors dit que si nous n’arrêtions pas de crier, il n’appellerait pas les pompiers… Hallucinant ! Même ses collègues étaient espantés. Les pompiers sont arrivés au bout d’un quart d’heure et mon père a pu avoir les premiers soins. La JLD était furax et elle a même dû faire signer ses papiers à mon père dans le camion des pompiers.

Richard Roudier est un homme courageux qui ne se laisse pas démonter.

Facebook :

Malgré la souffrance je n’ai jamais perdu connaissance. J’ai frôlé l’amputation du majeur. Heureusement après 1 heure d’opération je conserverai mon doigt et vous savez où je vais leur mettre:)

Richard
De mont lit d’hôpital à La Peyronie

PS : Les camarades qui ont rendu visite au centre des migrants n’ont aucun souci à se faire; seuls Olivier et moi passeront au tribunal en décembre

Chapeau bas, M. Roudier.

Nous ne savons pas quelle est la race de ce pourri de flic ou si c’est un franc-maçon. Ce que nous savons, c’est que dans l’ethno-État on mettrait peut-être les dégénérés dans des camps, mais on ne casserait pas les doigts de petits opposants.

Il y a des manières.

Auteur: Basile

Partager cet article sur

Publier un commentaire

70 Commentaires sur "À Montpellier, les clandestins albanais poignardent des militaires et les flics coupent les doigts des patriotes"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Pekam
27 juillet 2017 23 h 33 min

Il serait intéressant d’avoir les noms et prénom du flic qui a brutalisé le vieil homme. Juste comme ça , pour savoir.

SIMONE R
28 juillet 2017 21 h 19 min

+ sa photo, si possible.

28 juillet 2017 21 h 23 min

C’est à ce moment là que l’on s’aperçoit que l’on manque de hackers dans notre mouvance. Nous pourrions trouver si facilement ce dont nous avons besoin…

Driant
28 juillet 2017 8 h 09 min

Vous voyez, quand je vous dis que les flics ne sont que de la pourriture ! Encore un exemple !
Il ne faudra avoir aucune pitié, aucun égard pour aucun d’entre eux quand l’heure aura sonné.

28 juillet 2017 9 h 07 min

Encore un exemple parmi tant d’autre. Les chiens de garde du système sont, pour certains, adeptes des efforts supplémentaires contre nous et ils le regretteront.
Mais ils sont peu intelligent car aujourd’hui on sait très bien que le flic va tomber pour violence et abus d’autorité. Le nationaliste pourra même porter plainte et demander un préjudice financier. Heureusement pour certains flics pour rentrer dans les forces de l’ordre il n’y a pas de test d’intelligence.

STOP GÉNOCIDE DES BLANCS
28 juillet 2017 9 h 50 min

Les flics ne sont juste que les outils du système, peu importe l’idéologie qu’ils servent ils n’ont pas de conscience patriote dans leur grande majorité.

28 juillet 2017 20 h 53 min

En effet, de bons toutous.

autescousios
28 juillet 2017 23 h 57 min

Juste des outils du système ?
Alors pourquoi ce flic a fait à un Blanc ce qu’il ne se serait pas permis de le faire à un moricaud ? C’est soit du zèle gauchiasse, soit du sadisme.

29 juillet 2017 21 h 38 min

Soit ,si c’est un non Blanc, de la torture sur une prise de guerre tout simplement.

28 juillet 2017 9 h 03 min

Le flic devait être tout de même sacrément anti Blanc et haut gradé car ses collègues n’ont pas bronchés alors qu’ils risquent tous d’être inculpés pour non assistance à personne en danger. Une balle pour ce pourri et bravo pour le courage de M. Roudier !

STOP GÉNOCIDE DES BLANCS
28 juillet 2017 9 h 48 min

M. Roudier est un membre de la ligue du sud, une sorte de branche identitaire, en tout cas lui et ses fils sont de véritable patriote, ils ont tout intérêt a faire connaitre le nom et l’adresse du flic qu’il leur a fait ça, une visite de courtoisie serait la bienvenue.

zeus blanc
28 juillet 2017 15 h 08 min

les fm et migrants bientôt a la mer oust

wpDiscuz