Crise à Radio Courtoisie

Quelles que soient les réserves qu’on puisse avoir à l’égard de certaines émissions, Radio Courtoisie n’en constitue pas moins une des rares tribunes où nos idées arrivent à s’exprimer à peu près librement.

Henry de Lesquen, haut fonctionnaire en retraite – il a fait Polytechnique et l’ENA – dirigeait depuis 2006 la radio, qu’il avait à l’époque sauvée d’une grave crise financière. Personnalité brillante, dotée d’une immense culture, Henry de Lesquen depuis qu’il a annoncé en 2015 sa candidature à l’élection présidentielle fait l’objet d’une cabale d’une rare violence. Pourtant, cette candidature à la magistrature suprême n’a jamais été prise au sérieux par personne, y compris le principal intéressé. Elle n’était qu’une occasion de développer certaines de ses conceptions comme la réalité du fait racial ou la nécessité de mettre en œuvre une politique de réémigration des masses allogènes qui nous colonisent.

Depuis 2016, Radio Courtoisie est agitée par divers soubresauts, ayant entraîné le départ d’une dizaine au moins de responsables d’émission, y compris des historiques comme Anne Brassié qui participait à la radio depuis sa fondation ou Jean-Yves Le Gallou (Blanche Europe avait couvert une partie de ces tumultes). Derrière ces querelles, il faut aussi voir la concurrence sans merci opposant Radio Courtoisie à TV Libertés, média fondé par R. Ménard, tout comme le site Boulevard Voltaire.

Il était reproché à Henry de Lesquen en brisant certains tabous comme celui de la race de mettre en péril l’avenir de la radio. Il est vrai que la DILCRAH, appuyée par une cohorte d’officines antiracistes, a engagé plusieurs procédures contre Henry de Lesquen, que le CSA a lancé des rappels à l’ordre, et que la presse bienpensante se mobilise depuis quelque temps contre la seule véritable radio libre de la bande FM.

Henry de Lesquen mème
Les médiocres jalousent la valeur véritable.

Finalement, Henry de Lesquen s’est fait trahir par les siens. À l’issue de ce qui s’apparente à une révolution de palais, il s’est fait chasser des instances dirigeantes de la radio et a annoncé dans la foulée qu’il cesserait d’animer sa célèbre émission du lundi soir, sans doute la plus écoutée de Radio Courtoisie.

Nous ne pouvons que regretter le départ de Lesquen, une des rares voix à combattre publiquement et sans concession le politiquement correct. Certes, le personnage avait des côtés agaçants – mais qui n’en a pas – et ses émissions avaient tendance à tourner au monologue. Néanmoins, il était toujours passionnant, et je ne manquais jamais son émission du lundi soir.

[Note de Blanche : On pourra retrouver sur le site de De Lesquen – lequel a dénoncé, à raison, un putsch – sa défense de son bilan. On notera que la pire racaille juive se réjouit ouvertement de l’éviction de De Lesquen.]

Le nouveau président de Radio Courtoisie, Dominique Paoli (de son vrai nom Danièle Colle), est la caricature de la bourgeoise du XVIème arrondissement. Ancienne rédactrice en chef de « Point de vue – Images du Monde », qu’on ne peut que difficilement considérer comme un fleuron de notre presse nationale, elle est l’auteur de biographies sans grand relief de princesses du XIXème siècle comme Madame Adélaïde ou la Duchesse d’Angoulême.

Dominique Paoli
La vaine Paoli

Sous sa direction, la radio risque de tomber dans une forme de conformisme bourgeois, où l’on cultivera la nostalgie de la royauté et celle du charme ineffable de la messe selon le rite de saint Pie V, tout en vantant la lecture des romans de La Varende ou d’Henri Troyat.

Ce n’est sûrement pas de cette façon que nous pourrons combattre les dangers du cosmopolitisme et de l’invasion migratoire.

Auteur: Procope

Partager cet article sur

Publier un commentaire

7 Commentaires sur "Crise à Radio Courtoisie"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
11 juillet 2017 10 h 41 min

Encore une preuve de ce qui se passe dans l’extrême droite Française, guerre intestine pour des petites différences d’opinions, ou alors dès qu’une plainte tombe tout le monde quitte le navire pour sauver ses petites fesses et son porte monnaie, molesse, trahison, embourgeoisement contre productif…
Tu m’étonne qu’on ne progresse pas dans notre mouvance !

#JesuisHenryDeLesquen

11 juillet 2017 22 h 47 min

Feu Jean Ferré avait souhaité que Henry de Lesquen lui succédât car celui-ci passait pour un rassembleur « des droites ».
Par exemple, lors d’une élection à Versailles, il avait regroupé moult mouvements contre le maire en place (Étienne Pinte ?), seul le F.N. ayant maintenu son candidat (ou sa liste), dans une triangulaire.

Les historiques de Radio courtoisie sont des conservateurs, mais rarement des cocuservateurs.
Ils ont dénoncé la repentance, l’anti-esclavagisme à sens unique, l’immigration, le non-art moderne, la perversité des programmes scolaires et du Mammouth tout entier ainsi que la république anti-française de la Terreur ou encore les bombardements massifs des villes françaises par les « alliés libérateurs » et/ou ont reçu des personnalités politiques et des auteurs dénonçant ces dérives régressives de civilisation.

Et, un jour où Jean Ferré dit que face à un candidat de gauche, il considérait qu’il fallait voter pour n’importe qui et qu’il l’avait donc fait en faveur de Jacques Chirac, l’abbé Vartelle fit ni une ni deux et s’exclama : « et effectivement, c’est n’importe qui ! »…

Mais, tout ça dit avec courtoisie pourra sembler dilué et à écouter en lavant sa vaisselle ou en épluchant ses pommes de terre, écris-je, moi qui n’ai plus écouté les ondes depuis des années.

Michael
12 juillet 2017 6 h 32 min

cela ressemble à un coup sous la pression judéo-maçonnique. A part son Gaullisme j’aime bien De Lesquen, cultivé et articulé, il fait souvent sourire et c’est plutôt efficace!
Même si il reste prudent sur la QJ.
Les Natios sont interdits de médias de masse mais il peut encore s’exprimer sur sa chaîne JewTube, abonnez vous!
Les congoides doivent réémigrer.

Ksenia
15 juillet 2017 22 h 22 min

Merci beaucoup Blanche et Procope pour avoir traité ce sujet…
La radio  » libre  » du pays réel se macronise encore un peu plus depuis aujourd’hui, car après ce putsch contre Henry de Lesquen, Jérôme Bourbon ( Rivarol ) vient d’être banni à son tour…
A l’inverse, il est probable que Bernard Antony et Daniel Hamiche soient bientôt de retour…
La trahison des orléanistes semble sans limite…
Plus un sou pour Radio Camomille.

#JeSuisHenryDeLesquen, moi aussi…

Jacot
23 juillet 2017 19 h 00 min

Excuse Ksenia, j’avais loupé ton commentaire et voici un article de Rivarol illustrant ce que tu évoques :
https://www.jeune-nation.com/natio-france/rivarol-interdit-sur-radio-courtoisie-merci-dominique-paoli.html

wpDiscuz