Polémique autour du film « À bras ouverts » : jusqu’où ira l’hystérie antiraciste ?

On parle rarement de cinéma sur Blanche Europe. C’est peut-être un tort car le cinéma reste un des loisirs favoris des Français.

Quelques très rares films atteignent aussi la dimension de véritables œuvres d’art et s’inscrivent ainsi parmi les plus grandes créations de la pensée européenne.

Le cinéma, enfin, est un formidable outil de propagande. Lénine, dès 1917, le percevait. Hollywood a mis à partir des années 1920 son savoir-faire hors du commun au service de l’american way of life. Chacun peut constater quotidiennement combien l’hégémonie qu’exercent sur les esprits les États-Unis, et encore plus une certaine (((communauté))), est redevable à Hollywood.

J’aimerais m’interroger sur la polémique délirante qui vient d’éclater à propos du dernier film de Philippe de Chauveron : « À bras ouverts ». Disons-le tout de suite ce film n’a rien d’un chef d’œuvre, c’est le type même de la production commerciale, aussi vite vue qu’oubliée, comme il en sort des dizaines chaque année. Précisons aussi que Philippe de Chauvron ne compte pas parmi nos amis. Il est marié à une négresse musulmane, ce dont il se vante en permanence, et son grand succès, « Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu », se révélait comme une apologie du métissage, du vivre-ensemble, et autres fadaises que nous combattons tous les jours.

Les productions de Chauveron n’ont donc rien de subversif et s’inscrivent parfaitement dans la doxa dominante. Elles présentent aussi toute les garanties nécessaires en matière de kaschrout : (((Elsa Zylberstein))) et (((Ary Abittan))) partagent, en effet, la tête d’affiche de son dernier film avec Christian Clavier. Depuis mercredi pourtant, les (((grands médias))), à l’exception notable du Figaro, multiplient les condamnations à l’encontre de Chauveron, à croire qu’il serait en quelque sorte la réincarnation de Veit Harlan (qui lui était un vrai génie du cinéma – visionnez « Die goldene Stadt »si vous en avez l’occasion, c’est un authentique chef d’œuvre).

« Nauséabond », « infecte », « raciste », telles sont quelques-unes des épithètes usées par la grande presse pour qualifier « À bras ouverts », Le Monde allant même jusqu’à appeler au boycott du film. Devant tant d’indignation, je me suis dit que le film méritait sans doute d’être vu même si, à l’origine, il ne me serait jamais venu à l’esprit d’assister à une représentation d’une œuvre de cet acabit.

La salle était archipleine, preuve que les invectives de la presse ont eu un effet contraire. Le film se présente comme une farce. L’argument tient sur un confetti : un intellectuel de la gauche caviar, Christian Clavier, qui joue une espèce de caricature de (((BHL))), est mis au défi par un animateur de télévision d’extrrrrrême droite (ça existe ???) d’accueillir une famille de Roms.

Il relève le défi, qu’il pense purement virtuel, mais le soir même toute une tribu de Roms vient sonner à sa porte et s’installe chez lui, s’en suit toute une série de situations cocasses. La fin est bien sûr très consensuelle et donne dans le vivre-ensemble et toutes ces fariboles.

Cinématographiquement parlant, le film est plutôt plat, les acteurs cabotinent au maximum (mais cela fait partie des règles du genre). Cela dit, « À bras ouverts  »remplit grosso modo son contrat. Je reconnais avoir ri à plusieurs reprises, même s’il y a des passages à vide et des longueurs. C’est le type de film par excellence à regarder après une journée de travail fatigante lorsqu’on veut mettre son cerveau sur la touche pause. Bref, le genre de film qu’on regarde avec un certain contentement, mais qu’on oublie tout de suite après.

Pourquoi une œuvre aussi quelconque a-t-elle bien pu déclencher un tel tir de barrage ? J’ai vu que déjà toute une flopée d’organisations de défense des Roms – dont je subodore que certaines ont été crées spécifiquement pour l’occasion – veulent porter plainte et demander des dédommagements. Bien sûr, le MRAP, la LICRA et tous ces autres groupes malfaisants se tiennent en embuscade.

Je pense que le (((système))) est en train de devenir complètement fou. Contre la raison la plus élémentaire, on nous serine 24 heures sur 24 que les races n’existent pas, qu’il n’y a pas de différences entre les hommes et les femmes, et que de toute façon chacun est libre de choisir son sexe, son ethnie, sa nationalité. Bien sûr, ces propos délirants se heurtent à la réalité. Les faits sont têtus, comme disait Lénine.

« À bras ouverts  »joue sur les codes du comique de situation : opposer le mode de vie d’un couple de bobos parisien à celui d’une tribu « urticante et odorante  » de Roms comme disait J.M. Le Pen. La démence des antiracistes est telle que le fait même de plaisanter sur ce type de stéréotypes, pourtant inoffensifs, passe déjà pour un délit.

L’antiracisme relève vraiment de la maladie mentale.

Auteur: Procope

Partager cet article sur

Publier un commentaire

5 Commentaires sur "Polémique autour du film « À bras ouverts » : jusqu’où ira l’hystérie antiraciste ?"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Jacot
7 avril 2017 8 h 00 min

C’est l’arroseur arrosé ! Dans le domaine de l’antiracisme, on n’en fait jamais assez, c’est comme avec les Juifs, tant que tu n’as pas tout donné, tu n’as rien donné !
Cet excellent article illustre bien la phrase :
un pur trouve toujours un plus pur qui l’épure !

STOP GÉNOCIDE DES BLANCS
7 avril 2017 8 h 26 min

Pour ma part j’ai fait une autre découverte en regardant la série « WALKING DEAD », et j’en ai fait un amer constat, malgré que la série est géniale, une odieuse et insidieuse propagande d’apologie du métissage (notamment par les couples interacial qu »y forment), ou autre moment un congoide deviens chef d’un groupe à forte majorité blanche(???? l’effet Obama s’en doute!!).
Et si vous regardez attentivement le scénariste est de très généreux pour faire couler le sang des blancs et le plus possible, les noirs y sont sur-représenter et tiennent toujours des rôles positif.

Franchement, si Blanche Europe n’était pas la pour ouvrir les yeux des Français non renier, la (((manipulation))) marcherait a merveille !

D.noel
7 avril 2017 17 h 03 min

Ils ont même intégré une musulmane dans le film. On la voie quelques minutes. Moi je déteste cette série de propagande féministe, gay et multiculturelle. Le taux d’audience est en baisse… même le directeur de Marvel a dit que les gens boudent leur BD car trop multiculturelle et féministe.

8 avril 2017 12 h 11 min

A trop vouloir tout mélanger ça fait de la merde, et de moins en moins de gens veulent bouffer la merde qu’on nous sert quotidiennement.

Jérémie
7 avril 2017 21 h 46 min

J’avais commencé à regarder la série, dès le 1er épisode, un blanc cré cré méchant, hargneux et excité veut faire la peau aux zentils négros patibulaires et inoffensifs. J’ai arrêté immédiatement.

wpDiscuz