La préparation matérielle

Cet article fait suite aux pistes de réflexion pour l’action. La phase de préparation idéologique ne sera volontairement pas détaillée ici, parce qu’elle est tout d’abord un combat individuel.

Lire les articles de ce site et d’autres sites nationalistes est déjà un excellent moyen de se former.

Néanmoins, la radicalisation idéologique doit rester un combat permanent. Nous ne pourrons vaincre que si nous nous montrons fanatiques et sans compromis dans notre combat. La guerre raciale sera longue, et nous sommes actuellement dans une période extrêmement difficile, parce qu’elle ne permet pas encore d’action d’envergure. Néanmoins, cela ne doit pas être une excuse, parce que sans action à moyen terme, nous allons droit dans le mur.

Même si les temps sont difficiles, le strict minimum est de se préparer du mieux possible.

l n’y a pas d’excuse à avoir dans le genre ; « je suis un intellectuel, la lutte est pour les soldats ». Dans cette guerre, nous sommes tous soldats, parce que nous sommes trop peu nombreux face à ces torrents de boue. La préparation est donc un devoir pour tous.

Elle remplit deux rôles : elle permet d’être proactif dans la lutte, et a donc un effet psychologique, sur l’ami en l’empêchant de perdre la foi, et sur l’ennemi en lui montrant que nous nous préparons au combat.

Mais principalement, elle permet d’anticiper la lutte armée à venir, qui, que nous le voulions ou non, a de fortes chances d’être le quotidien de l’Occident de demain.

En effet, il semble que la guerre civile se rapproche à grands pas, comme le massacre de Nice l’a encore montré tout récemment. Les anti-blancs qui gouvernent le pays y ont d’ailleurs un intérêt certain et il est possible qu’ils soient eux-mêmes derrière un certain nombre d’attaques manipulées (comme les zones d’ombre du Bataclan ou de l’Hyper Casher le suggèrent).

Cela leur permet de renforcer leur contrôle sur la population autochtone (avec un état d’urgence renouvelé d’attentat en attentat, pour maintenir la population dans la crainte), de diviser pour mieux régner, dans le but de mettre en place leur nouvel ordre mondial (métissé, judaïsé, mercantile), en décelant et détruisant les nationalistes au passage.

Dans cette optique, et en vue d’un combat à long terme (on parle ici de décennies : la situation actuelle ne sera pas réglée en quelques années), l’objet de cet article est d’apporter des conseils en matière de préparation, parce qu’il serait brave mais très stupide d’agir de manière irréfléchie.

Agir sans réfléchir, c’est pour les nègres. Eux peuvent se le permettre, du fait de leur natalité explosive. Un nègre n’est que de la chair à canon.

Pour nous c’est différent, car les blancs sont en déclin, et les nationalistes restent une minorité. Le nationaliste doit donc connaître la valeur de sa vie, et ne peut se permettre de la gâcher pour rien.

Le but est également de s’échanger les informations utiles, par le biais des commentaires. Toute imprudence commise aujourd’hui pourra se révéler fatale demain, il faut donc d’emblée agir intelligemment, et tout échange d’informations et conseils est fortement encouragé.

Au-delà des mots et des articles écrits, il importe surtout de commencer à agir de manière concrète. A la fin, celui qui gagnera sera celui qui éliminera l’autre, et il faudra se salir les mains.

Devenir un « grey man » : discrétion dans la vie courante

La première des règles en matière de préparation matérielle est la discrétion.

S’il est à priori impossible de se fondre totalement dans la masse en masquant ses opinions et en agissant comme un bon citoyen décérébré de l’anti-France, il est néanmoins nécessaire de se faire remarquer le moins possible. Il est impossible de se cacher totalement, et ce ne serait de toute manière pas souhaitable, car cela laisserait entièrement le champ politique et médiatique à l’ennemi.

Nous devons donc partir du principe qu’une grande partie des nationalistes est déjà fichée quelque part. Tous les mouvements sont infiltrés, que ce soit par la police ou la gendarmerie, les noms des adhérents sont récupérés, les adresses mails des simples sympathisants sont elles aussi enregistrées par le biais des listes de diffusion.

Même des sites de vente de vêtements ou articles nationalistes, par exemple, sont des mines d’informations, en permettant de collecter noms et adresses. S’il est pratiquement impossible et non-souhaitable que tous masquent leurs opinions, il faut en revanche impérativement cacher le fait que vous vous préparez.

Tâchez de donner l’apparence d’être un simple sympathisant et ne parlez jamais de vos préparatifs. Le but est en effet de devenir réellement dangereux sans en donner l’apparence, d’être en quelque sorte des agents dormants, sans attirer l’attention sur vous. Devenez ce que les anglo-saxons appellent un « grey man », l’homme gris qui se fond dans la foule. De manière générale, taisez-vous, ne vous vantez jamais, n’attirez pas l’attention sur vous.

Sur internet : ne pas s’exposer publiquement et se protéger

Peut-être plus encore que dans la vie de tous les jours, il est important d’être extrêmement prudent sur internet. Au-delà des points évoqués ci-dessus (listes de diffusion, etc), qui sont plus ou moins inévitables, il y a quelques précautions essentielles à prendre. Internet est un livre ouvert, et beaucoup de gens ont tendance à s’y lâcher sans savoir qu’ils sont facilement localisables et identifiables. Des mesures de prudence sont donc à adopter impérativement :

  • Ne pas utiliser son nom réel : que ce soit sur les réseaux sociaux, sur un forum, dans des articles ou dans les mails envoyés à un d’inconnu. Utilisez un pseudo, et pourquoi pas, changez de pseudos entre différents sites, ça brouillera les pistes de ceux qui sont payés pour surveiller « la fachosphère ».
  • Ne pas exposer sa vie en ligne, ou le moins possible : dites-vous que n’importe qui peut trouver votre nom et photo, et ceux de votre famille si vous mettez tout ça sur internet. C’est une mine d’information, c’est pourquoi les employeurs regardent toujours le profil de leur futur employé sur (((Facebook))) par exemple. C’est aussi pourquoi le gouvernement anti-américain va exiger d’avoir les identifiants (((Facebook))) et (((Twitter))) des personnes se rendant aux US. On a vu qu’en Allemagne, des arrestations avaient été menées suite à des posts publiés dans un groupe Facejuif secret. Il n’y a donc rien de secret. Pas d’informations personnelles, pas de photos de vous, pas d’adresse ou informations importantes. Si vous gardez un profil en ligne malgré tout, pourquoi ne pas l’utiliser pour brouiller les pistes ? Vous pourriez vous en servir pour présenter une vie lisse et sans histoire.
  • Utilisez des adresses différentes selon vos interlocuteurs, et si possible protégées comme Protonmail. Il existe de même des adresses mail jetables telles que Yopmail. Lire à ce sujet : http://wiki.korben.info/email. Chiffrez vos messages, et même par mail, restez le plus succinct possible. Pas de noms et prénoms non plus évidemment, uniquement des pseudos. Une autre solution est de communiquer sur une boîte mail commune par le biais des brouillons : une personne écrit un message, ne l’envoie pas et l’enregistre dans les brouillons, la deuxième personne qui dispose aussi des identifiants répond par le même moyen, en enregistrant un nouveau brouillon. Même pour un débutant, il est primordial d’assurer ces arrières avec ces démarches. Une autre solution de correspondance sécurisée est tout simplement de s’envoyer du courrier postal. Dans ce cas de figure, il faut aussi rester prudent : pas de nom d’expéditeur, ne pas envoyer depuis son bureau de poste local, rester discret (pas d’infos personnelles, pas de noms, etc) dans sa correspondance.
  • Utilisez un VPN pour changer votre adresse IP : PIA VPN par exemple, offre un bon service pour une trentaine d’euros par an. Pensez à installer un VPN sur tous vos supports (ordinateur, téléphone portable), ce qui est faisable avec un seul abonnement.

Le sujet de la sécurité sur internet est assez technique. Il serait intéressant que des personnes ayant de réelles compétences dans ce domaine apportent un éclairage sur le sujet.

Faites le tri dans vos relations

Attention à qui vous parlez. Si vous êtes dans un mouvement nationaliste, soyez extrêmement prudent : il faut ici répéter que la police et la gendarmerie disposent d’informateurs ou au minimum d’oreilles dans tous les mouvements.

Qui peut croire une seule seconde que le (((gouvernement))) pourrait se montrer laxiste dans la surveillance des nationalistes ? Nous sommes leur vrai ennemi, pas les « islamistes ». Un bon moyen est d’être sympathisant, de garder ses distances, mais de se préparer de manière autonome. Les services de renseignement ont en effet beaucoup plus de mal à identifier les loups solitaires.

Posez-vous la question : qui parmi vos connaissances serait susceptible de vous cacher si vous étiez recherché par la police après avoir tué un gros youpin ? Ou plus simplement, qui ne vous dénoncerait pas par simple peur ?

Les relations sociales et familiales ont été tellement pourries par la juiverie et les marxistes culturels que l’on ne peut pratiquement plus faire confiance à personne aujourd’hui. Si vous avez la chance d’évoluer dans un milieu social plutôt pro-blanc, restez quand même discret, tâtez le terrain avant de divulguer quoi que ce soit.

Dans votre propre famille, restez discret. Jugez les gens à qui vous vous confiez : sachez que même le camarade qui partage vos idéaux pourrait se révéler être un lâche, ou un faible mentalement. Si aujourd’hui des gens craquent, imaginez ce que cela sera demain, quand les méthodes policières seront plus « brutales ».

De manière générale, moins les gens en savent, mieux c’est. Une confidence autour d’une bière un jour peut très bien ressortir plusieurs mois ou années plus tard, et jouer contre vous. Si vous décidez un jour de vous battre pour votre race, n’en parlez qu’aux personnes de confiance, et n’en parlez d’ailleurs pas à plus de deux ou trois personnes. Ce sera le volume maximum de votre cellule de combat. Il faut rester extrêmement prudent, sans non plus verser dans la paranoïa totale, sous peine de ne plus rien faire.

Préparez vos modes d’action

Il y a plusieurs questions à se poser si vous souhaitez agir. Comment pouvons-nous servir la cause au mieux ? Que sommes-nous prêts à faire, en tant qu’individus ? Que refusons-nous de faire ?

Il importe d’être avant tout réaliste. Etablissez des scénarios dans votre tête, et voyez s’ils pourraient fonctionner. Il est inutile de se dire prêt à descendre dans la rue demain, drapeau au vent, pour faire la chasse aux crouilles si vous n’êtes pas capables de cacher une arme non déclarée aujourd’hui par exemple. Si vous êtes déterminé à agir réellement, alors préparez-vous réellement.

Cela implique de préparer vos modes d’action pour le futur, et d’adapter vos moyens en conséquence. Si vous êtes haut placé dans la police (par exemple… si tant est qu’il soit possible d’y être sans se renier), il serait stupide de se dévoiler pour aller coller des affiches. Profitez de votre poste pour transmettre des informations aux nationalistes, soyez un agent infiltré.

Quelle que soit votre situation, réfléchissez à ce que vous serez en mesure de faire. La question est ici très délicate, car nous sommes nombreux à avoir encore beaucoup trop à perdre pour nous lancer dans l’action proprement dite.

Quelle que soit votre situation, il est néanmoins de votre responsabilité de vous préparer. Il est donc nécessaire de réfléchir à ses modes d’actions possibles selon ses aptitudes physiques (si vous êtes handicapé, vous n’irez pas dans l’action proprement dite par exemple), mentales (êtes-vous suffisamment fort mentalement pour agir, puis vous taire et garder votre calme ?), etc. Bref, plusieurs modes d’action sont développés ci-dessous, mais la liste est pratiquement infinie.

  • Première chose : s’armer et s’entraîner. Passez votre licence de tir (ce qui est assez facile à faire), et achetez une arme. Selon vos moyens, privilégiez une arme rustique et efficace comme un fusil à pompe (catégorie C avec un canon rayé), ou investissez dans un fusil de précision. Les catégories B (armes semi-automatiques, armes de poing, etc) sont plus intéressantes mais beaucoup plus contraignantes à acquérir. Elles entraînent de plus des contrôles de la gendarmerie, ce qui est à éviter. Le mieux est de se procurer une arme légalement, pour s’entraîner et acheter des munitions, et d’en acheter une (ou plus) non déclarée si possible. Tout d’abord par ce que ces armes seront généralement bien plus intéressantes et efficaces (armes de poing, ou automatiques). D’autre part, cela vous permettra de disposer d’un outil non-traçable en cas d’action, et de ne pas utiliser vos armes légalement déclarées. Cela est totalement illégal bien sûr. Mais ce sera déjà un premier pas réel dans la lutte contre le système. De très nombreuses armes circulent en France, surtout dans les cités (15.000 AK47, voire du plus lourd il paraît), et il est donc impératif de commencer nous aussi à en stocker. Si vous vous engagez dans cette voie, ne stockez rien d’illégal chez vous. Aménagez une cache, par exemple dans la forêt, en enterrant vos outils non déclarés et des munitions dans le sol. Comment vous en procurer ? Il n’y a pas d’adresse pour ça. Fréquentez les bourses aux armes, les collectionneurs, tâchez de tisser votre réseau (de manière discrète évidemment).
  • Entraînez-vous au tir de manière graduelle. Apprenez tout d’abord les fondamentaux (vous les trouverez facilement sur internet) et maitrisez les. Une fois cela fait, variez les exercices : si votre club de tir ne vous le permet pas, tirez sur un terrain privé, ce qui est légal avec de la catégorie C (sur terrain isolé pour ne pas que les voisins appellent les gendarmes), ou dans la nature. Si vous pouvez former une petite équipe (2-3 personnes), apprenez les fondamentaux en matière de formation militaire : déplacements en appui mutuel, progression du trinôme, etc. Le mieux est de se rapporter pour cela à l’INF 202 ou l’INF 36.001, téléchargeables en pdf sur internet. Préparez des scénarios ; par exemple, placez une cible sur un bord de chemin (dans une zone isolée bien sûr), et entraînez-vous à tirer depuis une voiture en déplacement, voire à faire du débarquer/tirer/repartir en vitesse. Variez les situations, habituez-vous à rouler avec une arme chargée dissimulée (intelligemment : en zone rurale, et avec des armes légales). Les possibilités sont infinies, le but est d’acquérir une certaine aisance avec l’armement, et de se préparer à franchir la ligne rouge.
  • Listez les lieux et cibles potentielles dans votre région : personnalités, traîtres, monuments, synagogues et mosquées, permanences politiques, domiciles privées. Diffusez ces listes dans les réseaux nationalistes. Faites vous votre propre liste ; tel lieu, telle personne, etc. Privilégiez des cibles dans votre région, mais pas à proximité immédiate de votre domicile.

Développez vos compétences et adaptez votre style de vie

Ce point mériterait de faire l’objet d’un développement plus approfondi, mais ce qu’il faut retenir est qu’adopter certains comportements est déjà un premier pas en soi.

  • Coupez-vous progressivement du (((Système))) : retirez votre argent de la banque, en le stockant en liquide ou en or par exemple (pas tout à votre domicile). Il y a beaucoup de critiques contre cela, mais se couper au maximum du système bancaire permet de réduire sa dépendance et de s’assurer une marge de manœuvre. C’est aussi une manière de lutter contre les (((banques))). La démarche d’autonomisation, de « résilience » devrait d’ailleurs être mise en œuvre dans tous les domaines. Moins vous dépendrez de la société actuelle, moins vous serez impacté par sa négrification graduelle.
  • Préparez-vous physiquement ; pratiquez le sport et les sports de combat en particulier, tant pour le mental que pour acquérir des savoir-faire.
  • Créez votre réseau : il s’agit d’établir une cellule de volume limité avec uniquement des gens de confiance (une fois fait le tri dans vos relations) : pas plus de 3-4 personnes. Si d’autres cellules doivent être établies à partir d’un même groupe de personnes, cloisonner ces cellules au maximum. Se reporter à « La Guerre Moderne » de Roger Trinquier, détaillant la mise en place de la guérilla du FLN sur le modèle communiste, qui reste une référence. Là encore, ne pas utiliser son vrai nom si c’est faisable, et conserver son anonymat autant que possible.
  • Développez vos compétences ; armement, explosifs, filature, renseignement, à partir de votre vécu ou de manuels militaires ou policiers, tout en restant discret.

Cas concrets

Ces deux exemples sont là pour donner des exemples d’erreurs à éviter pour ceux qui souhaiteraient agir.

Une connaissance racontait que lorsqu’il était plus jeune, il avait voulu tirer au RPG sur une synagogue. Avec son équipe, ils avaient donc acheté un RPG, mais lorsqu’ils ont voulu le faire, ils se sont rendu compte qu’il s’agissait d’une arme factice. Fin de la mission. L’erreur est compréhensible, puisque des répliques d’armes sont réalisées de manière très réaliste.

Il y a plusieurs enseignements à en tirer.

Tout d’abord, s’équiper auprès de personnes de confiance (et inversement, ne vendre qu’a des personnes de confiance le cas échéant. Si vous achetez/vendez au premier gitan venu, attendez-vous à avoir rapidement une visite de l’ami Ricoré)

Autre enseignement : tester son matériel. Ce n’est pas lors de l’action proprement dite qu’on teste son arme, c’est le meilleur moyen de tout faire capoter. Ceux qui ont volé des explosifs à Miramas avaient cela à l’esprit : quelques temps plus tard, des explosions dans la région marseillaise ont révélé qu’ils testaient leur matériel avant de s’en servir en situation réelle. Connaître et maîtriser son armement est donc  le préalable à toute action.

Enfin, dernier enseignement : disposez d’un plan en béton. Les villes sont aujourd’hui truffées de caméras, et si vous décidez de vous battre, faites en sorte de pouvoir poursuivre la lutte un autre jour, donc ne vous faites pas repérer. Le mieux est encore d’agir en zone rurale ou dans les petites villes et villages, où l’action est plus faisable.

Cela nous amène à un deuxième cas concret, révélateur de l’importance primordiale de la préparation.

Une autre connaissance avait voulu faire exploser un « centre culturel islamique ». Il avait donc bricolé une bombe, composée d’une bombonne de gaz, d’un jerrican d’essence et d’un pot de poudre noire, le tout dans une caisse de plastique (transparente, au couvercle opaque).

Après un repérage des lieux sommaire effectué la nuit précédente, il s’était rendu à proximité du centre et avait (mal) garé sa voiture le long de la route, à quelques dizaines de mètres. Il était ensuite descendu pour revoir les lieux à pied. Alors qu’il marchait à proximité du centre, un flic faisant sa ronde avait repéré sa voiture mal garée, et s’en était rapproché. Même avec une lampe torche, il n’avait cependant pas pu discerner le contenu de la caisse, posée sur la banquette arrière de la voiture, et s’était finalement éloigné. La connaissance en question avait en définitive décidé de partir sans déposer sa bombe.

Ce cas est là aussi emblématique d’un acte mal préparé, à plusieurs niveaux. Le repérage effectué la veille était largement insuffisant : ce n’est pas en quelques heures de surveillance que l’on peut établir les horaires de ronde des flics, à moins de disposer d’informations de première main (un ami policier par exemple).

Il faut être très rigoureux dans ce domaine, pour voir si les patrouilles sont aléatoires, à heure fixe ou autre.

Autre enseignement : la préparation matérielle, là encore. La bombe n’avait pas été testée, ce qui aurait dû être fait préalablement, et surtout, elle restait assez visible dans une caisse transparente. Elle aurait dû au moins être camouflée dans un carton rangé dans le coffre du véhicule.

Le fait de se rendre à proximité des lieux avec son véhicule personnel, et de mal le garer était aussi extrêmement stupide. Outre le fait de le rendre repérable en le garant mal, c’était un indice de premier plan. En effet, dans chaque ville, un centre de contrôle supervise les caméras de sécurités, et via celles-ci, il est toujours possible de retracer le fil des événements, et de remonter au véhicule suspect. Cette connaissance aurait donc dû se rendre sur place par un autre moyen, et en dissimulant son visage pour ne pas se faire repérer.

D’autre part, les empreintes digitales et traces d’ADN n’avaient pas été effacées, et en cas d’échec de déclenchement de la bombe et d’enquête, il aurait donc été facile de remonter à son propriétaire. Enfin, à son domicile se trouvaient des outils compromettants, et s’il avait été repéré, cela aurait constitué des circonstances aggravantes.

Si vous agissez, faites donc en sorte de couvrir vos arrières.

Ces deux cas, bien qu’ils n’aient donné aucun résultat, n’ont pas empêché leurs auteurs de rester motivés dans la lutte. Néanmoins, nous n’avons pas le droit à l’erreur, ni à l’amateurisme.

Préparez-vous, entraînez-vous, et quand vous serez prêts, agissez contre nos ennemis. La pourriture de l’Occident, et particulièrement de la France est trop avancée pour éviter la guerre civile, et celle-ci s’annonce de longue durée. Néanmoins, si vous agissez, faites le de manière progressive, réaliste et discrète (pour les deux exemples cités, par exemple, les personnes en cause sont désormais expatriées, et gardent le silence sur ces faits). Cela sera l’objet d’un article ultérieur sur la phase d’action limitée.

« La révolution est l’œuvre d’une minorité résolue, inaccessible au découragement, d’une minorité dont la masse ne comprend pas les premiers mouvements parce que, victime d’une période de décadence, elle a perdu cette chose précieuse qu’est la lumière intérieure. »

Auteur: Hain

Partager cet article sur

Publier un commentaire

37 Commentaires sur "La préparation matérielle"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
Rahowa73
16 juillet 2016 22 h 49 min

En effet, il semble que la guerre civile se rapproche à grands pas, comme le massacre de Nice l’a encore montré tout récemment. Les anti-blancs qui gouvernent le pays y ont d’ailleurs un intérêt certain et il est possible qu’ils soient eux-mêmes derrière un certain nombre d’attaques manipulées (comme les zones d’ombre du Bataclan ou de l’Hyper Casher le suggèrent).

Cela leur permet de renforcer leur contrôle sur la population autochtone (avec un état d’urgence renouvelé d’attentat en attentat, pour maintenir la population dans la crainte), de diviser pour mieux régner, dans le but de mettre en place leur nouvel ordre mondial (métissé, judaïsé, mercantile), en décelant et détruisant les nationalistes au passage.

Un instant j’ai cru que le site blancheurope.com avait été piraté par Alain Soral ! Notre (((ennemi principal))) souhaite au contraire nous unir : unir la Race Blanche aux nègres, unir la Race Blanche aux bougnoules… Et pour cela il fallait maintenir la (((paix))) – la paix juive – le plus longtemps possible; pour que le métissage se fasse naturellement. La guerre raciale en cours menace gravement le projet juif (faire de l’Europe une Europe métissée afin d’empêcher le retour du racisme et de l’antisémitisme). Comme à chaque fois, le projet juif s’est retourné contre (((eux))).

Il suffit de regarder (((BFMtv))) ou (((iTélé))) ce qu’ils craignent le plus c’est la guerre raciale. La paix juive doit être maintenue jusqu’à son terme : le métissage généralisé.

17 juillet 2016 0 h 25 min

Il est évident qu’un maintien à moyen-long terme d’une sorte de paix civile serait tout à l’avantage du système, avec une destruction à la brésilienne.

Je ne suis nullement soralienne, l’union franco-bougnoule étant un délire. Je ne crois pas qu’Hain le soit davantage, il pourra sans doute clarifier ici sa pensée.

Vipère Kubrick
17 juillet 2016 9 h 42 min

Au risque d’être dorénavant interdit de commentaires, je me permets de rappeler que, il y a quelques années, le FN se faisait condamner lorsqu’il dénonçait l’islamisation, tandis qu’aujourd’hui il est relaxé pour des propos plus durs : changement révélateur.

Les musulmans ont à 90% voté pour François Hollande, le candidat du mariage homo. Depuis des années, leur réticence au sionisme, à la « mémouâr » éliwieselienne et à certains « progrès » civilisationnels les amène toutefois à rechigner. Ils élisent des candidats parmi les plus décadents mais détestent ce qu’ils élisent et se montrent parfois incontrôlables. Une ébauche de guerre civile les forcerait à se placer sous le bienveillant bouclier du Système, et à abandonner tout soutien ostensible à la Palestine et toute réserve contre la mémouâr et contre la décadence. Oui, un début de guerre civile, pour faire peur aux immigrés et les ramener dans le rang, serait une bénédiction pour le Système, qu’il n’est pas absurde de soupçonner pour certains attentats.

Une révolte des Blancs serait la seule menace mortelle, mais notre peuple est l’élément le plus gangrené et le plus émasculé de la société plurielle, de sorte qu’une révolte blanche serait vraisemblablement sporadique et contrôlable, et mieux qu’aucune autre.

Bien sûr, lorsque nous sommes sur Internet nous sommes épiés (coucou, Manu !) donc préparer des actions militaires…

Steph
17 juillet 2016 5 h 01 min

Cet article a été écrit par un ennemi des nationalistes, qui désire votre censure, Blanche. D’ailleurs, « Hain » signifie hameçon, dans le vieux français de Ronsard.

Ceux qui y mordent sont des poissons bien myopes.

Car tout nationaliste sait l’inutilité de la violence civile horizontale, quand on a déjà contre soi la violence étatique. Il n’y a pas une seule bombe posée par un musulman qui ait amélioré le sort matériel des musulmans, ou qui ait atteint les objectifs politiques des musulmans.
Sunnites et chiites ont-il jamais réussi à obtenir quoi que ce soit par l’initiative individuelle, en Irak, au Yémen et au Liban ?
Le terrorisme islamique a-t-il jamais réussi à miner entité sioniste ? bien au contraire, celui-ci renforce celle-là, unissant par la peur les citoyens, et justifiant des dizaines de milliards de dollars d’aide militaire et d’assistance économique.
Oh bien sûr, il y a en Irlande les Protestants et Catholiques. Mais ces escarmouches arrangent tout le monde, y compris le gouvernement britannique. Il y a bien les Corses, mais ils sont malgré tout envahis de pinzuti et même de mauri.
Alors ne pensez pas imposer votre logique à des félons assermentés. Dût-il y avoir alternance, que les suivants vous voleront votre combat, « au nom de la gay pride et de la shoah », comme le disait si bien Bourbon.

Alors que le système dollar est à bout de souffle, vous lui fournissez un prétexte pour se ressaisir.
En effet, le parasitisme néolibéral repose sur une croissance introuvable : il n’y a ni révolution technologique, ni possibilités d’économies d’échelle. C’est pourquoi l’Amérique cherche la guerre, afin de mettre la main sur les ressources de la Chine, de la Russie ou du monde musulman. Mais ces trois civilisations résistent à l’anti-civilisation marchande.

Et voilà que vous voulez donner une cohérence à l’ennemi ! Un prétexte au raffermissement de l’État !

Ce que démontre l’invasion allogène, c’est que l’Occident s’est dissous dans le relativisme démocrate et marchand, et n’existe plus en tant que groupe.
Ce que démontre le judaïsme, c’est la supériorité en dernière instance de l’esprit sur la matière, de l’intellect sur la force. Le fait que derrière chaque idée, chaque doctrine, il y a des groupes particuliers.
Combattre le judaïsme, c’est faire avancer l’idée opposée, ou encore retourner contre lui ses fausses promesses.
Combattre l’invasion allogène, c’est redonner corps aux indigènes, comme communauté, comme culture, comme puissance économique et politique, se définissant de façon absolue et non relativiste.
La loi du Talion est une solution hébraïque. Nous avons la justice.

Templar
17 juillet 2016 20 h 50 min

« toutes actions violentes d’ampleur par des Blancs natio sera (((surexploitée))) à en crever. »

C’ est une évidence que la moindre action aujourd’hui, soit exploité par le (((système))) et aurait un impact très négatif. D’ ailleurs il faut s’ attendre à des attentats contre les bougnoules sous faux drapeaux imputé à l’ extrême droite… c’ est une spécialité pour eux.

Malheureusement il est important de regarder sans broncher les attentats se multiplier, et les morts s’ accumuler. Le peuple Français ou au moins une partie non négligeable se lèvera à ce moment là et des têtes voleront…

Se préparer est une évidence, il le faut. Mais aujourd’hui les prêts à se sacrifier sont trop peu nombreux et nombre d’ imbéciles racontent encore trop n’importe quoi.

Leur but est d’ utiliser les bougnoules et les nègres contre les blancs, et donc de fractionner en deux camps les bons républicains allogènes avec les crétins gauchistes et les extrémistes, surtout ceux d’ extrême droite mais en fait l’ ensemble des Européens de souche.
Leur donner des prétextes aujourd’hui serait suicidaire, mais dans deux à trois ans ce sera différents, et les événements dramatiques et sanglants changeront totalement la donne.

Cela n’ empêche pas de faire de l’ information, du renseignement dénoncer les corrompus et leurs magouilles, étrangement très islamophiles… s’ organiser soi-même.

Warezerie
17 juillet 2016 22 h 22 min

Commentaire au mauvais endroit.

18 juillet 2016 0 h 20 min

Le problème n’est pas la violence. Seule la violence permettra de renverser le gouvernement qui veut nous détruire et de bouter hors de notre pays les envahisseurs. In fine, elle sera absolument nécessaire. L’ordre social repose sur la violence, l’existence de toute société est impossible sans violence.

La violence ne doit pas être irréfléchie au risque de donner des armes de propagande à nos ennemis ; mais notons d’emblée que si l’opinion publique n’était pas abrutie, elle l’accepterait.

Il y a de nombreuses bombes qui ont servi la cause musulmane. Les terroristes se faisant exploser dans des bases américaines en Afghanistan, que croyez-vous que cela faisait ?

Vous prétendez que « la violence offrira un prétexte au raffermissement de l’État ». C’est typiquement ce que dirait un Harry Powell cocuservateur.

Harry Powell était, en substance, un « conservateur responsable ». […] Sa plainte fondamentale était que nos actes de terreur contre le Système ne rendaient que les choses pires en « provoquant » le Système à prendre des mesures de plus en plus répressives. Eh bien, bien sûr, nous l’avions tous compris ! Ou, au moins, je croyais que nous l’avions tous compris. Apparemment, Powell ne l’avait pas compris.

C’est à dire, il n’avait pas compris que l’un des principaux objectifs du terrorisme politique, partout et de tout temps, est de forcer les autorités à prendre des mesures de représailles et de devenir de plus en plus répressives, s’aliénant ainsi une portion de la population et suscitant de la sympathie pour les terroristes.

Et l’autre objectif est de créer du désordre en détruisant le sentiment de sécurité de la population et sa croyance en l’invincibilité du gouvernement.

P.S. : pour ce qui est de la censure du site, croyez bien que ce n’est pas en me contentant de promouvoir le pacifisme que je rendrais la (((LICRA))) sympathique à mon égard.

yoananda
17 juillet 2016 13 h 33 min
Cthulhu
17 juillet 2016 13 h 55 min

Très bon article

Warezerie
17 juillet 2016 18 h 32 min

Les divers points de vue développés sont intéressants, tous ceux exprimés sont défendables objectivement pour le moment.

C’est pourquoi, le plus prudent est de considérer ces scénarios (guerre civile ou raciale, utile aux juifs ou surtout pas utile, pas utile maintenant mais peut-être plus tard, etc) comme des potentialités et éviter d’en choisir un et y croire à fond.

L’actualité que tous ici suivons regorgera bien assez tôt d’éléments permettant d’étayer ces potentialités, les unes plus que les autres tôt ou tard. Il n’y aura alors plus qu’à prendre acte. Cela évite d’ici là de trop défendre un de ces point de vue et polémiquer pour pas grand chose.

Une guerre civile est souvent raciale, mais pas toujours, c’est pourquoi il y a une différence entre les 2.

Par ailleurs, qu’une guerre civile éclate ou pas, par le fait des juifs ou pas : dans tous les cas une préparation mentale et physique est nécessaire pour chaque Blanc nationaliste, l’article est utile à cet égard.

Concernant le passage à l’action : un amateur qui lit quelques règles élémentaires n’en demeurera pas moins amateur – et agira donc en amateur. Si ce n’était pas le cas, la lecture d’un bon manuel suffirait à transformer un amateur en pro, ce qui n’a jamais été le cas, la lecture ne peut remplacer des années d’expériences.
Cela devrait être précisé, sans quoi des naïfs, jeunes et téméraires par exemple, pourraient croire qu’il leur suffit de prendre acte des règles élémentaires énumérées pour pouvoir passer à l’action en étant capable de couvrir ses arrières efficacement par exemple.

De plus, tant que les médias seront les (((médias))) toutes actions violentes d’ampleur par des Blancs natio sera (((surexploitée))) à en crever.
Dans ces conditions, chaque action violente d’ampleur par des natio Blancs équivaudrait à un tour de vis supplémentaire sur les nationalistes en général plus un amalgame avec daesh [qui a déjà été (((tentée))) il y a quelques mois….].
Oublier d’en tenir compte pourrait s’avérer fatal, ce qui rend le fait de prôner les actions ponctuelles presque (((suspect))).
Cela fait des décennies qu'(((ils))) rêvent que des Blancs fassent des actions ponctuelles d’ampleur, et (((ils))) en rêveront tant qu'(((ils))) posséderont les diffuseurs d’information.

Avec les outils de communication de masse entre (((leurs))) mains, nos actions éventuelles seront toujours à double tranchant.
Les actions éventuelles, d’ampleur, à cause de ce contexte, ne peuvent avoir lieu que si une flambée généralisée de violence éclate, d’où qu’elle provienne.
D’où l’intérêt primordial de se préparer autant à se défendre physiquement qu’attaquer le moment propice, attaques concertées.

En attendant, des échéances électorales importantes arrivent, la tendance est aux partis nationalistes [certes civiques…] ici et là, s'(((ils))) perdent trop de leur emprise, (((ils))) auront intérêt à ce que cela pète, et si c’est le cas, nous pourrons retourner cela à notre avantage si bien préparé. [et que des amateurs naïfs n’auront pas, par amateurisme, donné à la (((doxa))) de quoi serrer la vis à mort avant qu’un moment réellement propice à l’action ne se soit présenté !]
De plus, plus ce moment est éloigné dans le temps, plus les faits significatifs [attentats bougnouliques, (((plan))) qui se dévoile toujours plus, discours gauchiste qui se révèlera petit à petit au grand jour comme traître, etc] qui s’amassent font gonfler nos rangs, tandis que des actions ponctuelles d’ampleur, surexploitée (((politico-médiatiquement))), ne ferait que produire l’effet inverse et nous affaiblir lorsque le moment propice à l’action se présentera.

wpDiscuz