L’utopie cauchemardesque de « Imagine »

Traduction de l’article de The Right Stuff.


Si vous voulez trouver une chansion qui rapporte parfaitement le point de vue gauchiste, vous aurez bien du mal à trouver quelque chose de plus exact que Imagine de John Lennon. Mais l’utopie gauchiste qui y est décrite est non seulement impossible, mais cauchemardesque.

Regardons donc les paroles :

Imagine qu’il n’y a pas de paradis,
C’est facile si tu essayes,
Pas d’enfer sous nous,
Au-dessus de nous seulement le ciel,
Imagine tout les personnes,
Vivant pour aujourd’hui…

Imagine qu’il n’y a pas de pays,
Ce n’est pas difficile à faire,
Rien pour quoi tuer ou mourir,
Et pas de religion non plus,
Imagine tout les personnes,
Vivant la vie en paix…

Tu peux dire que je suis un rêveur,
Mais je ne suis pas le seul,
Et j’espère qu’un jour tu nous rejoindras,
Et le monde sera comme un.

Imagine pas de possessions,
Je me demande si tu peux,
Pas de besoin d’avidité ou de faim
Une fraternité
Imagine tout les personnes,
Partageant le monde entier…

Tu peux dire que je suis un rêveur,
Mais je ne suis pas le seul,
Et j’espère qu’un jour tu nous rejoindras,
Et le monde vivra comme un.

C’est le rêve gauchiste, le rêve hippie. Ils veulent un monde sans frontières, langage, culture, héritage, possession ou identité. Pas de différence, pas de point où je finis et vous commencez. Rien pour nous diviser, rien pour nous séparer, rien de valable autour de quoi se tuer les uns les autres, rien. Un paradis parfait où toute l’humanité peut être égale, et heureuse, et vivre dans une unité partagée. Je suis sûr que si vous approchiez un gauchiste, ils vous diraient que oui, c’est là un état idéal. Et en même temps, c’est profondément débile.

Un rêve impossible

Commençons avec le fait que cela est fondamentalement impossible, au moins en terme de « pas de possessions ». C’est du communisme évident, l’idée que tout le monde possède tout (à moins bien sûr d’être John Lennon auquel cas vous possédez votre femme et vos enfants et pouvez les battre s’ils sont en désaccord avec vous) et que nous pouvons tout partager. Amour libre, tout libre et gratuit !

Malheureusement pour eux, la rareté est une chose très réelle. N’importe quel hippie environnementaliste vous dira d’ailleurs que la planète a une quantité très limitée de ressources. Comment donc, alors, nourrissons-nous sept milliards de personnes (ou davantage, il n’y a pas de raison que cela n’augmente pas encore) tout en leur fournissant tout les équipements pour vivre des vies joyeuses et confortables ?

L’agriculture communautaire a des antécédents d’échec même quand le (((gouvernment communiste))) NE sabote PAS les fermes pour tuer les Ukrainiens. Et n’importe quel physicien vous dira qu’il n’y a pas une source infinie d’électricité qui puisse efficacement alimenter toute la planète. L’énergie solaire peut retrancher une bonne part de votre facture d’électricité, mais bonne chance pour faire fonctionner une ville toute entière avec cela. Le plus près dont on puisse s’approcher d’une énergie infinie est l’énergie nucléaire, mais je crois que nous savons tous comment finit une énergie nucléaire communautaire.

Le fait est que, parce qu’il y a une quantité finie de ressource, l’humanité doit être une espèce de stratégie K. Cela veut dire que la compétition pour les ressources est nécessaire. Et, à cause de cela, nous devons former des groupes collectifs fondés sur l’entraide mutuelle pour entrer en compétition pour les ressources en question. C’est pourquoi il y a des tribus ; pourquoi elles forment des nations ; et pourquoi ces nations établissent des frontières pour marquer leur part de territoire et des ressources finies qui y sont associées.

Puisque tout le monde ne peut pas collecter directement chaque type de ressource pour soi-même, quelqu’un doit décider comment la tribu ou la nation va rassembler et distribuer ses ressources. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous avons des gouvernements ; pour gérer l’acquisition et l’allocation des ressources.

Qu’il y ait ou non une meilleure solution qu’un gouvernement, et quelle devrait être la structure de ce gouvernement ou la structure alternative, peut-être un sujet de débat ; mais tout ce sujet est beaucoup plus complexe que « mec, pourquoi ne pouvons-nous pas juste tout partager ? » Et l’un des problème historique est que plus large la tribu devient, plus il est difficile d’allouer les ressources efficacement (sans parler des luttes internes). Une gestion à large échelle requiert des systèmes logistiques plus complexes. Si soudainement nous nous rassemblions sur toute la planète en une organisation mondiale, tout gérer serait un cauchemar absolu.

Mais nous pourrions passer des heures à déconstruire ce rêve stupide de Lennon. Parce que même si vous mettez un gauchiste en face du fait que cela ne peut pas marcher, il va juste vous dire « ouais, mais le sentiment est beau ». Et la réalité est que non, cela ne l’est absolument pas. C’est un sentiment odieux. Le monde décrit par « Imagine » est un misérable cauchemar nihiliste.

Un rêve cauchemardesque

Commençons parce le « pas de religion ». Je connais beaucoup de gens qui ne croient ni au paradis ni à l’enfer, ni à une quelconque forme de vie après la mort. Ce n’est pas un problème. Mais le fait est que quand Lennon nous dit « pas de religion », ce qu’il signifie réellement est « pas de croyance ». Pas d’entité plus haute, pas de cause plus élevée (hormis celle de l’unité planétaire), rien en quoi croire.

Certes, évidemment, les lennonistes croient en l’égalité humaine. Mais que se passe-t-il quand tout le monde est vraiment égal ? Imaginons que nous ayons le monde de Lennon – et quoi ensuite ? Qu’est-ce qui vous motive pour le futur ? Où allez-vous de là ?

Le lennonisme n’a pas de réponse à ces questions. C’est précisément l’idée dans « vivant pour aujourd’hui ». Plutôt que d’apporter une croyance personnelle sérieuse de long terme, le lennonisme défend un hédonisme de courte vue.

Dans le monde de Lennon, tout ce à quoi les gens s’intéressent est de prendre de la drogue et de participer à des orgies interraciales de masse tout en écoutant des albums des Beatles.

Bon, ils devraient aussi se demander où trouver leur prochain repas, de l’eau propre, pourquoi les lumières ne peuvent pas rester allumées, ce que sont ces douleurs bizarres dans leur entrejambe, etc…

Ce n’est pas que de but que le lennonisme vous prive : il vous reprend aussi votre identité. Après tout, s’il n’y a pas de pays et pas de frontières, qu’est-ce que cela vous laisse ? Vous ne venez de nulle part de spécial, vous n’appartenez à rien de spécial, vous pourriez tout aussi bien changer votre nom en « Humain n°20836161488 ». Vous n’avez pas de passé, et le futur ne compte pas. Non seulement vous n’avez pas de possession physique, mais vous n’avez pas de possession spirituelle non plus. Il n’y a pas de cause plus haute à laquelle vous dévouer. Il n’y a pas d’identité individuelle à construire. Tout ce qu’il y a, ce sont des drogues et des orgies. Il n’y a pas de raison réelle pour exister en dehors de la poursuite aveugle du plaisir.

C’est ce à quoi vous devez confronter les gauchistes : la simple réalité est que leur idéologie se réduit à une poursuite insignifiante du plaisir. Leur altruisme est fondé sur le principe que tout le monde devrait avoir cette même poursuite décadente du plaisir.

Quand vous les poussez sur ce terrain et leur faites admettre que ce qu’ils veulent est ce monde de Lennon, soyez catégoriques. « Cela semble vraiment vide et malheureux. » Soulignez que c’est un cauchemar existentiel de vivre sans but ; et qu’il y a davantage dans la vie que la sexualité, les drogues, et la mauvaise musique. Les convertirez-vous ? Probablement pas. Les secouerez-vous ? On peut l’espérer. Semez les graines du doute. Faites les s’interroger sur leurs motivations. Forcez les à affronter le vide de leur propre utopie.


Quand il n’y a rien qui vaille la peine de mourir, alors il n’y a rien qui vaille la peine de vivre.

Auteur: Blanche

Partager cet article sur

Publier un commentaire

4 Commentaires sur "L’utopie cauchemardesque de « Imagine »"

5000

Montrer les commentaires les :   Plus récents | Plus anciens
SeverusJaqqar
22 janvier 2016 12 h 12 min

Même si on n ‘est pas complètement dans le monde effectivement cauchemardesque de Lenonn, beaucoup de gens ont malheureusement un début de cet esprit, mêlé à une sorte de capitalisme primaire où leurs propriétés personnelles sont quand même à défendre. Mais au-delà de ça, la plupart des individus de l’Occident n’ont plus d’identité propre ou la renie, pour laisser place à l’ouverture humaniste et mondialiste. Tout cela car nos sociétés nous bercent dans une illusion de bonheur matérialiste qui permet aux gens de plus penser mais de jouir de petits plaisirs. Quand tout s’effondrera autour d’eux, p-e que leur passé génétique re-fera surface.

22 janvier 2016 15 h 22 min

Il a eu la fin méritée !

Warezerie
22 janvier 2016 16 h 03 min

Il est vrai que c’est l’utopie gauchiste, et/ou lennoniste, on pourrait dire aussi l’utopie bisounoursiste : pas de méchantes frontières, pas de méchantes races, pas de méchantes cultures, pas de méchantes identités, etc… Juste une gentille uniformisation, gentille parce que « tout le monde il sera beau il sera gentil parce que tout le monde il sera pareil… ».

La source/cause de cette utopie gauchiste est le messianisme universaliste judéo-talmudique – dont le mondialisme n’est qu’une transcription synthétique sous forme d’idéologie.
Lennon, la gauche, et beaucoup d’autres n’en sont que des vecteurs grand public.

Les juifs métissent le monde entier [bien que le génocide racial des Blancs leur soit prioritaire] en préservant leurs propres particularismes [surtout leur particularisme racial], le but final étant de disposer de ce qui ne sera plus qu’une plèbe métissée à échelle mondiale, indifférenciée parce qu’indifférenciable (dont le nombre aura été drastiquement diminué [en supprimant les non-métissés restants par exemple] puis contenu par des mesures eugéniques très strictes…) dont ils seront la caste dirigeante, divinement élue pour ce faire, selon leur littérature religieuse.

Ce que raconte Lennon en plus d’être utopique est perfidement mensonger [ou béatement naïf] car il ne s’agit pas d’uniformiser tout le monde, il s’agit d’uniformiser tout le monde excepté les uniformisateurs, essentiellement juifs, qui ré et réécriront l’Histoire entre-temps – comme ils l’ont toujours fait – afin d’être vénérés en tant qu’êtres supérieurs élus de « Dieu » blabla, devenu l’unique groupe racialement différenciable de la plèbe archi-métissée. Ils seront alors les maîtres du monde et connaîtront une paix de 10.000 ans : toujours selon leur littérature religieuse.

Pendant ce temps selon Jewllywood ce serait les nazis qui se prépareraient à une invasion obsessionnellement nazificatrice du monde…

Warezerie
22 janvier 2016 16 h 04 min

L’usage habile de « méchant » et « gentil » pour synthétiser les choses, pour mettre en exergue le dualisme inhérent à la réflexion gauchiste engluée dans l’absolu, est aussi efficace.
Parler de l’Europe en terme de Blanchie fonctionne aussi, en résumant qu’en Blanchie il n’y a que les Blancs de facto qui peuvent être considérés racistes/méchants (du point de vue gaucho/lennoniste) puisqu’il n’y a que les Blancs qui sont, en Blanchie, en position légitime d’avoir à redire envers une importation de population extra-européenne sur son sol. (plus efficace d’expliquer les choses ainsi que de leur dire l’antiracisme est du racisme anti-blanc… Avec « Blanchie » et « méchant » le piège anti-race-iste devient naturellement apparent en tant que tel… S’ils ne percutent pas, alors transposer l’exemple à la Noirie, la Jaunie… Là, en général ils percutent même si c’est souvent en rechignant ou tout-à-coup un changement de sujet ou l’heure d’y aller, se faisant subitement tard… Autant de signes qu’ils percutent, là faut pas trop insister cela ne ferait que mettre leur égo dans l’embarras et les retrancher dans la défensive : il vaut mieux alors laissé mijoter jusqu’à la revoyure…)

Si l’on en croit David Rockefeller, la révolution communiste « chinoise » [de même que la révolution bolchévique] était une expérience sous direction [une répétition en somme] :

«Peu importe le prix [en litres de sang] de la Révolution Chinoise, elle a réussie de façon évidente; non seulement en produisant une administration plus dévouée et efficace, mais aussi en stimulant un moral élevé et une communauté d’ambitions. L’expérience sociale menée en Chine sous la direction du Président Mao est l’une des plus importante et des plus réussie de l’histoire humaine.» [on dirait un actionnaire qui commente une expérience sociale réussie d’une entreprise privé de son groupe financier…]
David Rockefeller, commentant sur Mao Tse-tung, cité dans le New York Times du 8 octobre 1973. (Transposez ce qu’il dit à échelle mondiale : on obtient les aspirations du messianisme universaliste judéo-talmudique telles que résumées plus haut et décrite dans la littérature religieuse juive…)

Pour en revenir à Lennon [et essayer de conclure ^^] et autres artistes du même acabit, il est à noter aussi que lorsqu’il arrive qu’ils se rendent compte de ce qu’ils ont fait et pour le compte de quoi/qui ils l’ont fait, ils sont généralement retrouvés morts car le risque qu’ils utilisent leur popularité pour en faire part au monde est beaucoup trop dangereux pour les instigateurs judéo-mondialistes.
Pour les politiques, ce sont par les méga « casseroles », qu’ils traînent derrière eux, que les hésitants sont tenus. Le simple fait d’être en politique aujourd’hui – en démocratie surtout – implique presque automatiquement des dû et/ou des casseroles…

Notre meilleur chance est la désaliénation des Blancs, en fait de tous ceux pour qui c’est encore possible. Exactement ce que fait à merveille blancheurope en somme.
Merci à vous pour la traduction, vos excellents compléments, et donc pour l’opportunité que vous nous offrez de commenter un si bon article !

Fraternellement.
Warezerie.

wpDiscuz